Agriculture : Les blocs à lécher, un facteur de succès

Tant utiles en période hivernale qu’en période de pâturage, le bloc à lécher permet d’assurer un apport suffisant en minéraux et vitamines à votre troupeau.

Le sodium est le seul élément minéral pour lequel le ruminant développe un appétit spécifique. L’animal auto-régule sa consommation sur ses besoins réels. C’est pour cette raison que le sodium est utilisé comme support et permet, au travers du bloc minéral, de faire lécher et saliver l’animal. Le léchage stimule la salivation (de 100L à 200L/jour) ce qui entraîne la production de bicarbonate endogène dont l’effet est de tamponner le pH du rumen.

Mise à part le sodium, l’origine des composants des blocs à lécher a aussi un réel intérêt. En effet, le calcium et le magnésium marins sont hautement assimilables (80%) par rapport aux oligo-éléments d’origine terrestre. Aussi, ils agissent en tant que « gîte et couvert » pour les bonnes bactéries du rumen. Il est donc important de se renseigner sur le type de matières premières intégré dans la composition de vos blocs à lécher.

bloc à lécher

Chaque bloc à lécher a aussi ses spécificités. Elles permettent de répondre aux besoins nutritionnels des animaux qui évoluent en fonction de leur âge, de leur stade physiologique et de leur niveau de production.

Les vaches taries auront besoin d’une BACA négative pour assurer un bon début en lactation et d’un enrichissement en Zinc, vitamine E et Sélénium pour renforcer leur immunité ainsi que celle de leur veau. Les génisses, elles, auront besoin d’un bloc à lécher enrichi en phosphore et en magnésium notamment pour leur assurer une bonne croissance. Quant aux ovins, une formule sans cuivre car il y a un risque de toxicité et enrichie en Zinc pour améliorer la qualité des onglons. Outre, la race et le stade physiologique, la complémentation minérale devra aussi être adaptée en fonction de la ration de base. Lors de la mise à l’herbe notamment, l’herbe jeune est riche en eau, en azote soluble et en phosphore et peu pourvue en cellulose, en sodium et en magnésium. Si la ration n’est pas complémentée en Magnésium, les réserves de l’animal sont vite épuisées – ces dernières ne permettent pas d’assurer les besoins plus de 4 à 5 jours – et les risques de pathologie sont alors importants.

C’est donc pour répondre à toutes ces situations que la gamme Calseabloc propose des formulations spécifiques intégrant différents additifs nutritionnels de haute qualité, permettant de soutenir le léchage, la salivation, la rumination, la digestion, la croissance, la fertilité, l’immunité, les aplombs et la production.