Lors de l’abaissement de la cigarette électronique nicotine ?

52

des objectifs que Lynne Dawkins souhaite atteindre avec cette étude qui sera réalisée à l’Université de London South Bank, est l’étude des modèles de bouffage des cigarettes électroniques et du comportement des utilisateurs associés aux e-liquides de nicotine à haute et faible teneurDr Lynne Dawkins, School of Applied Sciences, London South Bank University (Source : http://www.e-cigarette-summit.com/) L’un en nicotine. Le chercheur s’attend à obtenir des renseignements sur la façon dont cela affecte l’exposition aux substances toxiques et aux substances cancérigènes.

A découvrir également : Les services d'aide à la personne pour votre bien-être

Les implications pour les messages de santé publique et pour la réglementation sur les concentrations de nicotine dans les e-liquides seront abordées dans cette étude qui vise à comprendre les risques que les bouffées compensatoires auront. Les chercheurs tiendront compte non seulement des risques relatifs, mais aussi des effets subjectifs associés à l’utilisation d’e-liquide à haute et faible teneur en nicotine.

Abaisser la force de nicotine, un choix ou une nécessité dicté par la réglementation

La première raison évoqué par les chercheurs, c’est la croyance qu’il est plus sain. D’autres raisons ont été le désir de sevrer la nicotine ou, en raison de la directive européenne sur les produits du tabac, la nécessité de déclasser leur teneur en nicotine pour rester conforme aux concentrations de 20 mg/ml de nicotine dans les e-liquides introduites en mai 2016.

Lire également : Spa et massage : équipez-vous à domicile

« contrairement à l’intuition, l’utilisation de e-liquides à faible teneur en nicotine pourrait ne pas offrir un risque réduit pour la santé en cas de gonflement compensatoire. »

Abaisser la force de nicotine, que savons-nous à ce sujet ?

Les fumeurs de tabac, lorsqu’ils passent à un rendement plus faible en nicotine, augmentent la fréquence, la durée et le volume des bouffées lors de la commutation. Les taux de nicotine dans le sang sont maintenus à des niveaux élevés.

Après le passage au vapotage, les fumeurs prennent généralement des bouffées plus courtes et il peut leur falsifier environ une semaine pour ajuster leurs patrons de bouffées par un processus appelé « auto-titration » de la nicotine, un sujet qui le chercheur principal de cette étude le sait très bien.

« Auto-titration » de la nicotine, un mécanisme discret

Dans un article précédent, le Dr Dawkins a étudié les effets du liquide à forte teneur en nicotine (24 mg/ml) et faible (6 mg/ml) sur la topographie des bouffées (nombre de bouffées, durée de la bouffée, volume de e-liquide consommé). Elle a constaté que la consommation de e-liquide, le nombre de bouffées étaient plus élevés et la durée de la bouffée était plus longue dans les conditions de faible teneur en nicotine, un mécanisme de compensation de la nicotine connu sous le nom d’ « auto-titration » dans la littérature sur le tabac, mais mal décrit dans les études sur les cigarettes électroniques. Aucune différence statistiquement significative n’a été observée entre les états de soif autodéclarés, de symptômes de sevrage, de satisfaction, de choc ou d’effets indésirables, ce qui signifie que les bouffées compensatoires étaient suffisantes pour réduire l’envie et l’inconfort de sevrage.

Elle rapporte que la quantité de e-liquide consommée a doublé pendant une période de bouffée d’une heure. Cependant, l’auto-titration était incomplète avec des taux significativement plus élevés de nicotine dans le sang dans l’état élevé.

Changements dans les schémas de bouffée et dans l’utilisation des cigarettes électroniques

Selon son expérience, beaucoup plus que les patrons de bouffées peuvent être affectés lors du passage à une concentration plus faible de la nicotine :

  • Qualité aromatisante, intensité,
  • Rapport PG/VG,
  • Puissance (ou tension),
  • Débit d’air,
  • Valeur de résistance.

Les appareils de deuxième et troisième génération offrent de multiples réglages qui peuvent être intéressants à étudier en même temps que la consommation d’e-liquide.

« L’exposition aux substances toxiques et cancérogènes provenant des cigarettes électroniques est 9 à 450 fois inférieure à celle des cigarettes de tabac, mais le vapotage n’est pas sans risque et l’exposition aux substances toxiques sera liée à la quantité de e-liquide consommée. »

Avec des bouffées plus longues et plus fréquentes et une puissance plus élevée pour permettre des températures plus élevées, les chercheurs prévoient que la glycérine végétale (VG) et le propylène glycol (PG) subissent une décomposition en composés carbonyles, y compris les aldéhydes nocifs.

Lorsque l’on passe à une concentration plus faible de la nicotine, les schémas de bouffées compensatoires et les modifications des réglages de l’appareil peuvent donc entraîner une exposition accrue aux substances toxiques ou cancérogènes en raison d’une consommation accrue de liquide, d’une augmentation de la température ou des deux.

Il est donc douteux que le passage à la nicotine e-liquide maire à faible teneur ne soit pas l’option à faible risque que les vapoteurs recherchent ?

Quoi de neuf dans les environnements expérimentaux ?

L’ originalité du cadre expérimental est sa conception en deux temps différents : la phase I servira à enregistrer les patrons de bouffées pour être le plus proche possible de la réalité. La phase II sera consacrée à la reproduction de ces profils et à l’examen des questions toxicologiques.

Les participants doivent être en vapoteur pendant au moins 3 mois et utiliser un e-liquide à concentration de nicotine ≥ 12 mg/ml (1,2 %) avec un dispositif de deuxième ou de troisième génération (systèmes ouverts avec réservoirs remplissables). Les utilisateurs actuels de cigarettes de tabac (ou une valeur de CO > 10 ppm) seront éliminés de l’étude.

La phase I étudiera les paramètres biologiques (échantillons de salive et d’urine, haleine expirée pour le CO) et enregistrera également l’envie subjective (envie de vapoter), les symptômes de sevrage par l’utilisation d’une échelle spécifique ainsi que les effets directs (p. ex., atteinte, satisfaction) et indésirables (maux de tête, nausées) liés à la nicotine/e -la consommation de cigarettes.

L’ étude sera menée avec un appareil de troisième génération (Joyetech eVIC Supreme), un réservoir Aspire nautilus et un e-liquide (soit 6 mg/ml ou 18 mg/ml) et l’une des quatre saveurs de e-liquide à choisir, selon une saveur populaire de différentes catégories d’arômes (fruits, boulangerie, menthol, tabac). Ils doivent utiliser le même e-liquide tout au long de la période de 4 semaines de la phase I.

MyVapors :

MyVapors est une interface utilisateur informatique compatible avec le Suprême qui permet de visualiser les données de vapeur hebdomadaires, de sauvegarder les données des paramètres dans l’ordinateur et d’importer les données dans l’e-cigarette

EviC Suprême :

  • Puissance de sortie : 30W max.
  • Tension de sortie : 6 V max.
  • Valeur de résistance de l’atomiseur prise en charge : 0.5ω~5Ω.
  • Batterie : 2500mAh (SAMSUNG INR 18650-25R)

L’ e-cigarette enregistrera le nombre de bouffées, la durée de la bouffée, la tension, la puissance et la résistance. L’autodéclaration sera demandée aux participants pour la vitesse ou le volume des bouffées. On leur demandera également de s’abstenir d’utiliser tout autre appareil de cigarette électronique, de liquide électronique ou de produits contenant de la nicotine comme les cigarettes de tabac. Des rendez-vous hebdomadaires avec l’équipe de recherche sont programmés au cours desquels les données sur les bouffées seront téléchargées à partir de l’appareil, l’atomiseur remplacé et les données auxiliaires collectées.

Formaldéhyde, acétaldéhyde, acroléine, acétone, aldéhyde propionique, crotonaldéhyde, butanal, benzaldéhyde, aldéhyde isovalérique, aldéhyde valérique, aldéhyde, Les concentrations de m-méthylbenzaldéhyde, d’o-méthylbenzaldéhyde, de p-méthylbenzaldéhyde, d’hexanal, de 2,5-diméthylbenzaldéhyde et de nicotine seront déterminées dans les émissions d’aérosols au cours de la phase II.

Un bon choix de matériaux

Comparé au nombre d’études sur les e-cigarettes, le choix de l’appareil, un Nautilus vissé sur un EviC Supreme, semble, d’après l’expérience des vapeurs expérimentées, adéquat pour couvrir la puissance la plus actuelle, y compris celles conduisant à l’émission d’aldéhydes toxiques. Sa conformité avec les fils résistifs réguliers et subohm peut également fournir un spectre plus large pour étudier les effets de puissance.

Une étude récente publiée par British American Tobacco dans Scientific Reports décrit les progrès techniques réalisés par la société britannique Big Tobacco sur la topographie des bouffées de cigarettes électroniques, en se basant sur leur expérience du tabagisme. Leur machine est capable d’enregistrer des volumes de bouffées, par exemple, une valeur qui sera manquante dans l’ensemble de données rassemblés par les auteurs.

Avec leur étude, les chercheurs britanniques veulent ouvrir la voie à de futures recherches dans ce domaine. Leur objectif est de fonder la science sur la façon la plus sûre de vapoter et d’identifier les comportements qui constituent un risque, en fin de compte pour quantifier ce risque. En tant que membre de l’équipe de recherche de cette étude, M. Goniewicz apportera certainement son expertise en analyse des aérosols et des e-liquides.

En Nouvelle-Zélande, Janet Hoek de l’Université d’Otago a reçu cette année une subvention de 150 000 AUD pour lancer un programme de recherche et recueillir des données comportementales auprès des utilisateurs de cigarettes électroniques. La convergence entre les deux programmes est l’utilisation de cigarettes électroniques High-Tech pour enregistrer les données de vapotage individuelles.

La recherche du Dr Lynne E. Dawkins financée par Cancer Research UK sera présentée au Sommet sur les cigarettes électroniques qui se tiendra à Londres le 17 novembre 2016.

Renseignements supplémentaires sur les nouveaux schémas de vapotage et l’exposition au risque :

Qu’ est-ce que les scientifiques penser à vapoter ? — Konstantinos Farsalinos à Vapexpo 2016, Paris

Cox S., Kośmider L., McRobbie H., Goniewicz M., Kimber CF, Doig M., Dawkins LE., 2016. Schémas de bouffement des cigarettes électroniques associés à des teneurs élevées et faibles en nicotine e-liquide : effets sur l’exposition aux substances toxiques et cancérogènes. BMC Public Health, 16 (1), 999.

Dawkins LE., Kimber, CF., Doig, M., Feyerabend, C. Corcoran O., 2016. Auto-titration par des utilisateurs expérimentés de cigarette électronique : livraison de nicotine dans le sang et effets subjectifs. Psychopharmacologie, 1-9.

Publicité

Réservez votre adhésion