La bourse de Paris chute avec le krach pétrolier

148

Àle vent de panique a saisi tous les porte-monnaie européens ce matin à l’ouverture, —Paris donnant plus de 6%, Londres plus de 8% -, en raison de la baisse des prixguerre du pétrole et des prix menée par l’Arabie Saoudite et leRussie, le tout dans le contexte de l’inquiétude croissante sur l’impact de Covid-19sur l’économie mondiale.

Leprix du pétrole s’est effondré de plus de 30% en Asie lundi matin,enregistrant la chute la plus grave depuis la guerre du Golfe de 1991, aprèsque l’Arabie saoudite a lancé une guerre des prix bruts.

A découvrir également : Quonto, la banque des PME

Riyadunilatéralement décidé de baisser ses prix à la livraison, en raison de la failliteOpep et la Russie, d’accepter de soutenir les cours.

Visageaux incertitudes économiques causées par l’apparition du nouveau coronavirus, leles ministres du cartel du pétrole avaient tenté de conclure une entente avec led’autres pays producteurs de pétrole réduisent la production et maintiennentprix du pétrole brut.

A lire en complément : Les cryptomonnaies et la blockchain s’invitent dans les jeux en ligne

Mais…La Russie, deuxième producteur de pétrole au monde et n’est pas membre de l’OPEP,contre une nouvelle réduction de 1,5 million de barils par jour.

Dansréponse, l’Arabie saoudite s’est lancé dans une large vente en effectuantla plus forte réduction de ses prix du pétrole en 20 ans, a rapportéDimanche Bloomberg Nouvelles.

Une baisse de 30% des prix de l’or noir

Leprix du pétrole destiné à l’Asie a diminué de 4-6 dollars le bariltandis que celle des États – Unis a été réduite de 7 dollars le baril. Aramcovendu son baril de lumière arabe à un prix sans précédent : 10,25 $sous le baril de Brent de la mer du Nord, selon Bloomberg.

Dansaprès-midi commerce en Asie, les deux principaux contrats étaient enbaisse d’environ 30%, le prix de WTI, la référence des États-Unis Unitistabiliser à29$le baril et 33$le baril chez Brent.

«La baisse de 30% deprix du pétrole brut est sans précédent et envoie une vague de chocénorme à travers les marchés financiers », a souligné Margaret Yang,analyste pour CMC Markets.

Leles marchés boursiers ont dans le sillage immergé en Asie et dans le Golfe.

D’ accord, alors.que les bourses des pays riches en hydrocarbures avaient déjà fortement diminuéDimanche dernier, les cotations ont été suspendues au Koweït après son indice principala chuté de 9,5% ouverture lundi, tandis que Dubaï a perdu 9,0% et Abu Dhabi7,1 %.

REAR>>> Coronavirus : graves menaces pour l’économie mondiale selon l’OCDE

LeLa Bourse d’Arabie Saoudite, la plus importante du Golfe, a dévissé 9,2% à l’ouverturecommerce, tandis que le stock du géant pétrolier saoudien Aramco a chuté de 10%,bien en deçà de son introduction des prix en décembre.

LeLes bourses asiatiques ont également diminué de façon spectaculaire, avec des actionscompagnies pétrolières en chute libre, CNOOCperd 16% à Hong Kong et PetroChina 10%.

PourJeffrey Halley, analyste de Oanda, « L’Arabie Saoudite semble avoir des plans pourpour punir la Russie. »

Lemarché du pétrole restera probablement sur la table pour les prochains mois,Arabie Saoudite réductions combinées avec l’arrestation decroissance économique mondiale par le coronavirus, qui a chuté la demanded’or noir, a ajouté cet analyste.

« Quelque partquelque chose comme ça pourrait avoir plus de répercussions dans le monde qu’unguerre commerciale entre la Chine et les États-Unis parce que le pétrole est connectéà de nombreux secteurs de l’économie mondiale « a souligné RohiteshDhawan, directeur de l’énergie, du climat et des ressources naturelles àsociété de conseil Eurasia Group à Londres.

MargueriteCMC Markets Yang a exprimé l’espoir que l’effondrement pourrait ramenerLa Russie à la table des négociations avec l’OPEP pour parvenir à un accord.