Bonus-malus écologiques : quid des incitations financières ?

522

Le système de bonus-malus écologique est une initiative gouvernementale. Il est destiné à promouvoir l’utilisation des véhicules respectueux de la planète et à décourager l’usage des modèles à forte consommation d’énergie. C’est une politique environnementale mise en place dans de nombreux pays à travers le monde entier. En France, elle joue un rôle déterminant. De quoi s’agit-il ? Quels sont ses tarifs ? Qu’est-ce que la prime à la conversion ?

Le bonus écologique : une incitation financière offerte par le gouvernement

L’initiative du bonus écologique relève d’une volonté de l’État pour encourager la transition énergétique dans le domaine de l’automobile. L’objectif est de favoriser l’acquisition de véhicules peu polluants, voire à zéro émission de CO2. L’État propose donc une aide financière pour l’achat ou la location d’une voiture neuve diffusant très peu de CO2 pendant la conduite.

A découvrir également : Assurance auto au kilomètre chez Macif : comment adapter votre contrat à vos besoins

Cette allocation est particulièrement incitative pour les ménages, mais aussi pour les entreprises désireuses de renouveler leur flotte d’utilitaires. Elle est déterminée en fonction de l’efficacité énergétique. Quand elle est faible, le montant de l’apport est élevé. Il existe une disposition spécifique mise en place dans le but de soutenir l’acquisition d’une voiture électrique ou d’une hybride rechargeable.

Le coût total du bonus écologique est une somme variable, définie en tenant compte du niveau de diffusions de dioxyde de carbone. Pour y être éligible, il faut que l’automobile neuve émette moins de 20 g de CO2 par kilomètre. Dans ce cas, les fonds sont limités à 5 000 euros. Pour les voitures d’occasion, en revanche, l’aide s’échelonne à 1 000 euros selon sa catégorie. Toutefois, il est impératif qu’elle ait moins de deux ans. Si vous souhaitez en savoir plus sur les bonus-malus écologiques, posez vos questions aux professionnels de l’automobile ou aux autorités compétentes.

A lire aussi : Mercedes Classe A : quelle version choisir en 2020 ?

bonus malus écologique incitation financière voiture auto automobile véhicule électrique hybride mobilité verte écologie

Le malus écologique : une pénalité financière pour l’achat de véhicules polluants

Le malus écologique est une sanction financière imposée par l’État aux acquéreurs de véhicules neufs dont les émissions de dioxyde de carbone dépassent un certain seuil. Cette mesure vise à dissuader les automobilistes d’opter pour des voitures à forte propagation de gaz. L’application de cette règle est définie selon un barème progressif basé sur le niveau de diffusion. Quand ce dernier possède un grand taux, l’amende est relativement lourde. L’objectif de cette législation est d’inciter la population à adopter une approche écoresponsable et à favoriser l’équilibre de l’écosystème.

La pénalité se pratique également pendant le processus d’immatriculation d’une voiture importée. Le prélèvement annuel sur les autos polluantes, encore appelé taxe sur les véhicules de société ou TVS, concerne les utilitaires utilisés par les entreprises. Il vient compléter la sanction et est calculé en fonction du taux de production de carbone de l’automobile et de sa puissance fiscale.

Le montant de la pénalité financière varie par ailleurs autour de 50 et 50 000 euros, selon le pourcentage de propagation de gaz à effet de serre. Ce sont uniquement les véhicules neufs qui sont concernés par cette réglementation. Cependant, certains modèles peuvent bénéficier d’exemptions, notamment les gammes destinées aux personnes à mobilité réduite.

La prime à la conversion

La prime à la casse est une subvention spéciale qui vise à encourager l’élimination des anciens véhicules polluants et encombrants. C’est une aide financière pour leur remplacement par des modèles plus respectueux de l’environnement. La loi prévoit des conditions d’éligibilité à cette commission. Elle est proposée aux conducteurs de voitures à essence et diesel qui souhaitent les changer avec des véhicules neufs ou d’occasion propres.

Le montant de cette subvention est déterminé en fonction du type de voiture acquis, du niveau de revenus du foyer fiscal et des émissions. Il peut par ailleurs être cumulé avec le bonus écologique. Cette combinaison permet aux ménages d’atteindre une somme totale significative et rend plus abordable le passage à l’énergie verte.

La prime à la conversion se demande aussi une seule fois par période de cinq ans. Pour y être éligible, le conducteur doit s’engager à garder le nouvel engin pendant une durée minimale, en général de deux ans. La voiture à remplacer doit être à essence et immatriculée avant 2006. Si elle est au diesel, l’enregistrement doit avoir été fait avant 2011. L’auto, quant à elle, a l’obligation de respecter certaines normes d’émissions. Pour les connaître, vous pouvez vous rendre dans un centre dédié.

constructeur automobile marque prime conversion pollution financement CO2

Les incitations financières liées aux bonus-malus écologiques : un impact sur les choix des consommateurs

L’initiative mise en place suscite un grand intérêt pour les voitures électriques ou hybrides. La subvention accordée atteint une somme non négligeable et facilite ainsi l’accès à ces technologies souvent onéreuses. Ce soutien financier réduit le coût initial d’achat et rend les modèles écoresponsables plus compétitifs face à la gamme thermique standard. Le nombre de véhicules peu polluants vendus par les compagnies automobiles a considérablement augmenté ces dernières années, en raison de l’avènement du dispositif d’aide et de l’évolution de son barème.

En ce qui concerne le malus écologique, il participe à la dynamique et à la politique de préservation de l’écosystème global. Cette mesure sert de frein à l’acquisition de moyens de transport nuisibles à l’environnement. Il en résulte une baisse de l’attractivité auprès des consommateurs qui se tournent de plus en plus vers des solutions écoresponsables.

La prime à la conversion influence, pour sa part, les choix des propriétaires auto et complète le système de bonus-malus. Cette aide, destinée à encourager le remplacement de véhicules anciens et polluants par des modèles plus propres, favorise le renouvellement du parc automobile. Elle facilite aussi l’accès à des voitures respectueuses de l’environnement pour des ménages ayant des revenus modestes ou pour les entreprises souhaitant rendre écoresponsable leur flotte d’utilitaires.

Cependant, ces incitations financières ne sont pas les seuls facteurs qui influencent le comportement d’achat des populations. Il existe d’autres éléments, tels que la prise de conscience environnementale et l’amélioration de l’infrastructure de recharge pour les modèles électriques. Les avancées technologiques réduisant les inconvénients associés à ces voitures entrent aussi en compte. Il s’agit notamment de la limitation de l’autonomie et de la durée de vie de la batterie.