La FED prédit un avenir sombre pour l’économie américaine

434

Au cours des derniers mois, de nombreux articles ont abordé la possibilité d’un ralentissement brutal de la croissance mondiale qui pourrait se produire d’ici 2020. Nouriel Roubini, professeur reconnu à l’Université de New York qui avait déjà prédit la crise immobilière de 2008, a exprimé sa préoccupation dans un article publié sur le site Web Project Syndicate en Octobre 2018, mis à jour depuis lors, et dans lequel il a détaillé avec Brunello Rosa dix facteurs qui ont été se préparer à la crise future. Quelle est la situation réelle et devrait-on prendre ces préoccupations au sérieux ?

Quelle est la situation actuelle ?

En ce qui concerne les États-Unis, il peut sembler surprenant de croire à une récession potentielle, alors que l’économie américaine est malsaine et traverse la plus longue phase de croissance de son histoire contemporaine, avec une croissance de 2,1 % au troisième trimestre et un taux de chômage de 2,7 %. En fait, je… semble que l’économie américaine est proche de la surchauffe, à la fois en raison de la relance budgétaire de Donald Trump et de la baisse des taux d’EDF sous la pression des marchés financiers et du président des États-Unis, qui voit l’économie comme un grand argument électoral.

A découvrir également : Cryptomonnaies : lesquelles choisir pour 2019 ?

Du côté européen, où la période de croissance actuelle est beaucoup plus récente, la situation est tout aussi ambivalente. Alors que des pays comme la France parviennent à maintenir des taux de croissance honorables, l’Allemagne souffre en particulier de la guerre commerciale. Avec près de 50 % des exportations dépendantes du PIB, le moteur de l’économie européenne est gravement affaibli depuis une décennie. En ce moment, l’Italie traverse une période de crise politique qui effraie les marchés financiers et les investisseurs, tandis que le Brexit dessine un avenir sombre pour l’économie, qui risque de subir une baisse significative du PIB après avoir quitté l’Union, selon une étudedu Trésor britannique.

Bref, malgré les prévisions rassurantes de la Commission concernant une croissance de 1,4 % en 2020, la confiance se détériore et de nombreux éléments suggèrent un ralentissement à l’avenir, empêchant ainsi la normalisation nécessaire de la politique monétaire de la BCE.

A lire aussi : eToro : une entreprise qui innove avec le trading social

En ce qui concerne les pays en développement, la situation est très mitigée. Alors que des pays comme l’Inde continuent de croître de manière significative (environ 7% pour l’Inde), le grand changement provient de la situation de l’économie chinoise, dont le ralentissement est maintenant visible et est encore visible. commence à frapper l’ensemble de l’économie asiatique.

Quelles sont les principales sources de préoccupation selon les économistes ?

Nombreux sont ceux qui considèrent que le principal risque auquel l’économie mondiale, en particulier les économies développées,réside dans un excédent important de la dette, sous réserve des caprices des principales variations des taux deintérêt. En effet, la décennie des taux d’intérêt bas (sinon nuls) mis en œuvre par les banques centrales a fortement encouragé l’endettement des opérateurs économiques (États et entreprises) en réduisant le coût de l’argent (ou le coût supporté par un emprunteur). Cela a conduit à une explosion de la dette mondiale, atteignant maintenant près de 225 % du PIB mondial, soit 182 billions de dollars, au point d’alerter les experts du FMI.

Tant que les taux d’intérêt resteront bas, cette dette restera viable. Cependant, non seulement ces faibles taux encouragent les gouvernements à assumer une dette excessive, comme l’a plaint Georges Ugeux, ancien vice-président de la Bourse de New York, mais une hausse soudaine de l’inflation ou la volonté de normaliser les politiques économiques pourraient sérieusement affaiblir l’économie mondiale. Cela obligerait les banques centrales à augmenter considérablement les taux d’intérêt, ce qui accroîtrait le risque d’insolvabilité des agents (un« Moment Minsky » presque classique).

D’ autre part, l’affaiblissement de la situation économique chinoise et sa nature changeante influent sur la croissance mondiale. Jusqu’à présent, avec ses taux de croissance très élevés, elle avait largement contribué à stimuler le commerce mondial et la croissance. Cependant, son ralentissement actuel (inférieur à 7 % de TCAM en 2018) reflète Selon Patrick Artus, c’est la montée des tensions au Moyen-Orient et leurs répercussions sur les prix du pétrole (comme pour le récent choc de l’offre causé par l’attaque sur les sites pétroliers saoudiens) ou le changement des relations de pouvoir sur le marché du travail qui pourraient conduire à cette reprise de l’inflation. la transition d’un modèle axé sur l’exportation à un modèle plus durable fondé sur la demande intérieure et l’inefficacité des investissements réalisés en Chine financés par une épargne intérieure importante.

En outre, comment pouvons-nous parler des risques pourl’économie mondiale sans mentionner la guerre commerciale

Enfin, il y a un risque monétaire. Si le dollar perdait son statut de monnaie de réserve internationale pour des raisons politiques ou économiques, il pourrait aussi affecter la croissance mondiale. En fait, 62% des réserves financières mondiales sont maintenant investies en dollars, ce qui permet aux Etats-Unis d’avoir un déficit extérieur chronique et une dette élevéePays étrangers : en cours entre la Chine et les États-Unis, quand Donald Trump vient de menacer la Chine avec une guerre commerciale plus dure ? Le refus américain d’accepter une forme de transfert de pouvoir en tant que superpuissance économique entraîne des mesures qui entravent le commerce international et menacent le fonctionnement des chaînes propriété de valeur mondiale. Ce climat de tension internationale suscite également la crainte d’un manque de réaction ou de coopération internationale jusqu’à ce qui a été spontanément développé en 2008 en cas de crise mondiale. la perte ou l’affaiblissement de ce statut les obligerait à éliminer ce déficit en réduisant la consommation, créant un choc très négatif de la demande à l’échelle internationale.

La confiance, comme nous le savons, joue un rôle clé dans l’économie. Au cours de l’été, cependant, les marchés américains ont fortement fluctué, reflétant l’incertitude actuelle et le climat de défiance pour la prospérité future de l’économie mondiale.

Dans ce cas, aurons-nous les armes nécessaires pour répondre à temps et à temps ?

La principale crainte réside dans la grande incertitude : les organisations économiques, en particulier les banques centrales, pourraient-elles répondre à une crise grave potentielle ?

Les banques centrales et autres institutions financières ont utilisé tous les moyens possibles pour endiguer la crise de 2008 et empêcher sa propagation. Cela a entraîné une forte baisse des taux d’intérêt, qui ont atteint unniveau extrêmement faible au point d’approcher le piège de liquidité, ainsi qu’une explosion dans le bilan des banques centrales, qui limitent leur réactivité.

La récente baisse du taux de référence du FED (cet été) et de la BCE (début septembre) dans le cadre des mesures de soutien économique suscite des inquiétudes quant à l’impossibilité d’un retour à des politiques normalisées et, par conséquent, d’une capacité de réaction encore moindre de la part des banques centrales. En d’autres termes, en cas de crise, la baisse des taux directeurs pourrait ne pas suffire à avoir un impact réel sur l’économie.

D’ un autre côté, l’image du secteur financier a changé au cours des 10 dernières années, de sorte qu’il serait difficile pour un gouvernement de justifier la mise en œuvre de renflouements bancaires après la crise des subprimes.

Enfin, les budgets demeurent le principal instrument d’absorption des fluctuations. S’il y avait une récession,serait à l’avant-garde des mesures de financement visant à soutenir l’économie. Toutefois, l’explosion des déficits et de la dette publics au cours de la dernière décennie a considérablement réduit la marge de manœuvre des gouvernements pour que ces mesures de relance aient été mises en œuvre.

Conclusions

Bref, seul l’avenir nous dira si ces préoccupations se concrétiseront. Cela dépendra principalement de l’évolution de la politique monétaire au cours des prochains mois et de la confiance des opérateurs économiques dans les actions des banques centrales et des gouvernements. Bien que la prochaine crise provienne certainement de réactions pessimistes et réalisatrices de la part des opérateurs économiques, il n’est pas certain que l’économie mondiale et les institutions économiques disposent des armes nécessaires pour réagir de manière adéquate et rapide comme elles l’ont fait en 2008. Des taux plus bas pourraient prolonger l’expansion, mais dans quelle mesure ?
Source : https://bfmbusiness.bfmtv.com/monde/fed-1893539.html.