Comment bien préparer la clôture de son exercice comptable ?

37

Les entreprises sont soumises à différentes obligations légales parmi l’enregistrement des opérations comptables. Puis à partir de ses éléments financiers, l’administration fiscale pourra estimer les montants imposables. Les états financiers de l’exercice comptable traduiront également de manière fidèle la santé de l’entreprise. Que faut-il savoir concernant la clôture de son exercice comptable ?

Qu’est-ce qu’un exercice comptable ?

Un exercice comptable est avant tout une période de temps durant laquelle l’entreprise sera amenée à consigner tous les faits économiques qui ont impacté sur ses différentes classes de compte comptable. À titre informatif, elles sont scindées en deux grandes parties. Il y a le compte du bilan (classe 1 à 5) et le compte de résultat qui couvre les classes 6 et 7. Il s’agit successivement des comptes de charges et produits. À terme du délai, le comptable entamera ce que l’on appelle la clôture de l’exercice fiscal. Elle marque l’achèvement des écritures comptables. Le comptable rassemblera également toutes les factures ou toutes autres pièces justificatives. Grâce à ses éléments, le service comptabilité pourra établir le bilan, le compte de résultat ainsi que les annexes.

A découvrir également : Impression de lettrage expliqué adhésif

Quand a lieu l’exercice comptable ?

Les dirigeants sont libres de choisir la date de clôture de l’exercice fiscal au moment de la création d’entreprises. Ce n’est pas le cas pour les professions libérales du fait que la clôture aura lieu obligatoirement le 31 décembre. La période s’étend aussi sur 12 mois. La durée est la même que chez les entreprises normales. Mais attention, lors de sa première activité, la période d’exercice est plus courte. Le même cas est à signaler dans le cadre d’une cessation d’activité. Autrement dit, une société qui a ouvert ses portes le mois de mars enregistre 9 mois d’opération avant la clôture. De nombreuses entreprises optent pour un exercice correspondant à l’année civile. Les dates coïncident souvent en fin de trimestre. Il est possible d’évoquer la fin du mois de mars, juin ou septembre.

Comment s’y prendre ?

Quelques étapes sont à appliquer pour la clôture de l’exercice fiscal. À l’issue, l’assemblée générale sera tenue au courant de l’état de santé de l’entreprise. Les documents seront quant à eux déposés auprès des autorités y afférentes.

A lire également : Les cadeaux qu'une femme aime se voir offrir par son copain

Utilisez un outil comptable

L’enregistrement des opérations comptables est complexe. À titre d’exemple, vous devez gérer à la fois le paiement et la facture concordante. Une vérification minutieuse de la balance est aussi requise. Au vu des nombres de données à traiter quotidiennement, il est préférable d’utiliser un logiciel de gestion comptable dès l’ouverture de l’entreprise. Le logiciel offre un gain de temps et de précision. De plus, il est possible d’appliquer plusieurs paramétrages. Certains outils offrent la possibilité de désigner les profils qui seront autorisés à apporter des modifications ou suppressions. La clôture de l’exercice fiscal à l’aide d’un logiciel permettra également de générer automatiquement la rubrique « à nouveau ». L’entreprise peut alors transcrire directement de nouvelles informations.

Réaliser les états financiers

Un inventaire est indispensable avant de clôturer l’exercice comptable. D’ailleurs, il est conseillé de vérifier les montants de chaque compte et sous compte avant de lancer dans cet acte. Le comptable ne doit pas tomber dans le piège de l’impatience. La chose à savoir est qu’avec un logiciel de gestion, sa tâche est facilitée puisqu’il suivra quelques chemins pour terminer avec un exercice. Il n’y a donc rien de compliqué. L’erreur humaine est la seule qui pourrait compromettre l’opération. Il disposera ensuite d’un fichier de sauvegarde. Les renseignements enregistrés dans les livres de comptabilité seront utilisés dans l’établissement du bilan et le compte de résultat. Une liasse fiscale sera tirée à partir de ces fichiers. C’est à la base de cette liasse fiscale que le montant des bénéfices nets de l’entreprise sera déterminé. L’administration fiscale fixe ensuite l’impôt dû après calcul et en tenant compte du statut de la société. L’ensemble des écritures et justificatifs seront archivés pour constituer des preuves en cas de contrôle fiscal.