Particuliers, le tri à portée de mains

Selon le Code de l’Environnement (art. L541-1), un déchet est un « résidu d'un processus de production, de transformation ou d'utilisation, toute substance, matériau, produit ou plus généralement tout bien, meuble abandonné ou que son détenteur destine à l'abandon ». En règle générale, ces déchets sont classés selon leur nature et leur origine. On distingue alors les « déchets ménagers et assimilés », des « déchets des activités économiques » générés par les entreprises et assimilables aux déchets ménagers, des « déchets dangereux » contenant des éléments toxiques et présentant un réel danger pour la santé et l’environnement, des « déchets inertes » qui ne se décomposent ni se dégradent. En parallèle, il existe également d’autres catégories plus spécifiques comme les déchets d’activités agricoles, d’activités de soins sans oublier les nucléaires.  

Dans le cas présent, en tant que particulier, nous générons tous une multitude et une grande diversité d’objets, de résidus au sein de nos foyers. Ces derniers – emballages, restes de repas, électroménagers, vieux meubles, déchets verts, vêtements, jouets cassés notamment sont des déchets ménagers et assimilés. Face aux enjeux environnementaux, économiques et sanitaires, en tant que particulier, nous nous devons tous de les trier afin d’optimiser leur valorisation. C’est d’autant plus important que seul un quart des déchets est recyclé. Quelles sont donc les astuces pour s’y retrouver et participer au tri ?

Optimiser le tri des déchets ménagers et assimilés

Avec pas moins de 600 kilogrammes de déchets par an et par habitant, à peine 30% de ces derniers sont recyclés alors que 90% pourraient l’être en moyenne. Il convient donc de s’organiser pour tenter de les valoriser au mieux ou de leur donner une seconde vie. Et, pour cela, il est un objet indispensable à tous les foyers pour y parvenir : la fameuse poubelle. Bien sûr, elle souffre de nombreuses idées reçues. Qualifiée tantôt inesthétique, tantôt infonctionnelle par exemple, la réalité est, elle, toute autre. Et pour cause, la poubelle simplehuman est devenue un objet haut de gamme. Son design, sa résistance, sa fonctionnalité font d’elle un élément de déco et de tri à part entière. Pourquoi s’en priver ?!

En parallèle, pour devenir citoyen et participer à la réduction des déchets, cela passe inévitablement par les bons gestes de tri. Petit rappel donc des règles de base pour trier ses ordures ménagères. 

En règle générale, il faut séparer les emballages, des restes de repas et des emballages en verre. D’un côté, il convient donc de mettre tous les emballages – bouteilles, bidons, flacons en plastiques, les briques alimentaires, les emballages métalliques ainsi que les emballages cartonnés et les papiers – et de séparer des déchets en verre recyclables comme les bouteilles, les pots, les bocaux, les flacons de parfum notamment. Quant aux éléments d’origine organique – les restes de repas, les épluchures de légumes par exemple – dans la mesure où un système de collecte spécifique ou la mise en place d’un dispositif de compostage existe, mieux vaut les séparer. Les médicaments, les vêtements et le linge de maison, les déchets chimiques et toxiques – peinture, enduits par exemple – les batteries et les piles, les huiles alimentaires, les encombrants, les appareils et déchets électriques ou électroniques doivent eux, être porté en déchetterie. 

Et, pour ceux et celles qui ne savent comment faire, pour ne pas se perdre dans toutes les spécificités liées au tri, mieux vaut se rapprocher du service de collecte et de tri de sa commune voire aussi adopter une application spéciale tri. Cela vous évitera à coup sûr de faire la une sur Facebook !