Comment traiter le nerf sciatique

3308

Le nerf sciatique est l’un des plus longs nerfs du corps. Il s’étend tout au long de la partie inférieure du corps jusqu’aux pieds pour assurer la motricité et la sensibilité. Si jamais il est compressé, la douleur atteint la fesse et la cuisse et s’étend souvent jusqu’aux orteils, des sensations de décharges électriques ou bien de brûlures peuvent être ressenties sur son parcours suivant la racine nerveuse affectée.

Le trajet de la douleur peut également varier légèrement. Quand on a connu la sciatique, on ne veut plus jamais avoir affaire à elle. Ci-après donc quelques moyens pour la traiter, allant des méthodes naturelles aux interventions chirurgicales.

A lire aussi : Alcool : comment aider un proche à s'en sortir ?

Comment décoincer naturellement le nerf sciatique

C’est la méthode la plus simple pour soulager le nerf sciatique naturellement. Il faut simplement monter sur une marche (un marche-pied ou une pile d’annuaires) avec la jambe non douloureuse et de laisser pendre l’autre jambe dans le vide.

A découvrir également : Comment choisir son masturbateur Fleshlight ?

L’objectif  de cet exercice est de tirer sur le nerf sciatique pour essayer de le remettre en place. Lorsque la jambe douloureuse est bien détendue, faites retomber le bassin du côté de la jambe endolorie et avec cette jambe faites un exercice de balancier d’avant en arrière sans trop forcer.

Relaxer le nerf sciatique

Le procédé suivant consiste à utiliser un sac de glace enveloppé dans une serviette. Celui-ci est à apposer sur la région douloureuse durant 10 à 12 minutes. Répéter l’application toutes les 2 heures au besoin. A contrario, la chaleur peut être utilisée. Elle aide à relaxer les muscles endoloris. Prendre un bain d’eau chaude est l’idéal.

Sinon, appliquer plusieurs fois par jour une source de chaleur (une serviette chaude et humide ou un coussin chauffant). Le repos est obligatoire pour apaiser la sciatique, cependant, il est conseillé de reprendre doucement des activités physiques passées 48 heures afin de récupérer plus rapidement. L’idéal est de compléter cette dernière méthode par un cataplasme.

Le cataplasme : indispensable

Pour cela, faites fondre 500g de saindoux au bain-marie, et plonger-y 1 feuille de chou crue, puis appliquer le tout  sur la région douloureuse. Les tisanes peuvent également  aider à combattre la douleur et l’inflammation de façon naturelle. Boire une infusion de plantes fraîches ou séchées. Les plus utilisées sont: réglisse, griffe du diable, fleur de tilleul, cornouiller jamaïcain.

Les antidouleurs

Ils ne guérissent pas la sciatique certes, cependant, les antalgiques permettent d’arrêter la douleur et d’éviter qu’elle ne s’installe. Généralement, le paracétamol et l’ibuprofène sont les antidouleurs pris en alternance avant la consultation auprès du médecin. Ce dernier, prescrira souvent du paracétamol codéiné ou associé à la caféine, des anti-inflammatoires et myorelaxants pour éviter la contracture après la douleur et vice versa.

Les antibiotiques

C’est le traitement le moins courant, cependant, comme il est expliqué sur le site nerfsciatique.fr, c’est un traitement qui a fait ses preuves et qui mérite qu’on s’y intéresse.

La chirurgie

Si les douleurs persistent plus de 3 mois malgré les traitements prodigués, la chirurgie peut être envisagée. La chirurgie permettant d’enlever la pression qu’exerce le disque vertébral sur le nerf sciatique.

La physiothérapie : une alternative efficace

La physiothérapie est une alternative efficace pour traiter les douleurs causées par le nerf sciatique. Cette approche non invasive vise à soulager la pression exercée sur le nerf et à renforcer les muscles environnants, favorisant ainsi une meilleure stabilité de la colonne vertébrale.

Lors d’une séance de physiothérapie, différents traitements peuvent être utilisés en fonction des besoins du patient. Des exercices spécifiques sont prescrits afin de renforcer les muscles lombaires et abdominaux, essentiels pour soutenir la colonne vertébrale et réduire la compression sur le nerf sciatique.

En plus des exercices ciblés, des techniques manuelles peuvent aussi être employées lors d’une séance de physiothérapie. Le thérapeute peut utiliser des massages profonds pour détendre les tissus musculaires tendus autour du nerf sciatique. Ce type de massage favorise aussi la circulation sanguine dans la région affectée, aidant ainsi à diminuer l’inflammation et à soulager la douleur.

Dans certains cas, des modalités thérapeutiques complémentaires peuvent être proposées en physiothérapie pour traiter le nerf sciatique. Par exemple, l’utilisation de chaleur ou de froid peut aider à réduire l’inconfort en agissant comme un analgésique naturel. Les ultrasons ou les électrothérapies transcutanées (TENS) sont d’autres options qui peuvent contribuer au soulagement symptomatique.

Il est capital de noter que chaque traitement en physiothérapie est adapté selon chaque individu et sa condition. Un plan de traitement personnalisé sera élaboré en fonction des besoins spécifiques du patient, en tenant compte de la gravité de la douleur et de l’impact sur les activités quotidiennes.

La physiothérapie offre donc une approche globale pour traiter le nerf sciatique, alliant exercices spécifiques, techniques manuelles et modalités thérapeutiques complémentaires. Cette méthode permet non seulement d’atténuer la douleur aiguë causée par le nerf sciatique, mais aussi d’améliorer la mobilité et la qualité de vie générale des patients.

Il est recommandé de consulter un professionnel en physiothérapie afin d’évaluer adéquatement votre condition et de déterminer si cette approche convient à vos besoins. N’hésitez pas à prendre rendez-vous pour bénéficier d’une évaluation complète et débuter un programme personnalisé visant à soulager les symptômes liés au nerf sciatique.

Les exercices de renforcement musculaire pour prévenir les récidives

Pour prévenir les récidives et maintenir un soulagement à long terme des douleurs liées au nerf sciatique, vous devez renforcer vos muscles. Les exercices ciblés peuvent aider à améliorer la stabilité de la colonne vertébrale et à réduire la pression sur le nerf.

Il existe plusieurs exercices spécifiques qui sont recommandés pour renforcer les muscles lombaires, abdominaux et fessiers. L’un des exercices les plus couramment prescrits est le pont. Pour réaliser cet exercice, allongez-vous sur le dos avec les genoux pliés et les pieds posés à plat sur le sol. En contractant vos fessiers, soulevez lentement votre bassin du sol jusqu’à ce que votre corps forme une ligne droite des épaules aux genoux. Maintenez cette position pendant quelques secondes avant de redescendre doucement vers le sol. Répétez cet exercice plusieurs fois.

Un autre exercice efficace pour renforcer les muscles lombaires est la planche abdominale modifiée. Commencez par vous mettre en position de planche haute (les mains sous vos épaules), puis abaissez lentement vos bras afin d’être appuyé sur vos avant-bras plutôt que sur vos mains. Veillez à garder votre corps aligné en contractant votre sangle abdominale et en maintenant une posture neutre du bassin pendant toute la durée de l’exercice.

Les squats sont aussi bénéfiques pour renforcer les muscles fessiers, notamment ceux du bas du dos et des hanches qui jouent un rôle clé dans la stabilité de la zone lombaire. Pour effectuer cet exercice, tenez-vous debout avec les pieds écartés à la largeur des épaules. Pliez ensuite les genoux et abaissez vos hanches comme si vous vouliez vous asseoir sur une chaise imaginaire. Gardez le poids dans vos talons et veillez à garder votre dos droit pendant tout le mouvement. Remontez ensuite en poussant à travers vos talons pour revenir à la position de départ.

Il est primordial de souligner que ces exercices doivent être réalisés sous supervision professionnelle afin d’éviter toute mauvaise exécution ou blessure supplémentaire. Un physiothérapeute ou un entraîneur qualifié peut fournir des conseils adaptés pour chaque individu, en tenant compte de leur condition physique et de leurs besoins spécifiques.

En complément des exercices, il est aussi recommandé d’adopter une hygiène posturale adéquate au quotidien. Cela implique d’être attentif à sa posture lorsqu’on est assis ou debout, ainsi qu’en soulevant des objets lourds. Une bonne technique de levage permettra de réduire le risque de compression du nerf sciatique.

Les exercices spécifiques visant à renforcer les muscles lombaires, abdominaux et fessiers jouent un rôle crucial dans la prévention des récidives liées au nerf sciatique. Associés à une hygiène posturale appropriée, ils contribuent à maintenir une colonne vertébrale stable et soulager ainsi les douleurs persistantes associées au nerf sciatique.