Qu’est-ce que la nymphoplastie ?

284

En médecine, il existe différents types de chirurgies intimes qui répondent à des besoins spécifiques de la gent féminine. Parmi ceux-ci figure la nymphoplastie qui est une forme bien particulière d’intervention chirurgicale. De quoi s’agit-il et comment ça se déroule ? Voici le point dans cet article où nous vous proposons de découvrir l’essentiel à savoir sur ce type d’opération.

Définition de la nymphoplastie

La nymphoplastie est une chirurgie esthétique intime qui consiste à réduire la taille des petites lèvres de la vulve. Elle vise à corriger l’hypertrophie ou le développement excessif de ces lèvres qui d’ordinaire sont complètement cachées par les grandes lèvres. Cette physiopathologie constitue chez plusieurs femmes une malformation qui entraîne une gêne esthétique et un malaise fonctionnel lors des activités quotidiennes, sexuelles et sportives. Ce malaise est d’autant plus accentué aujourd’hui par l’évolution de la mode qui fait la part belle aux tenues moulantes.

Lire également : Résilier sa mutuelle dans les règles de l'art !

Comme l’indique le Docteur Derhy, spécialiste en chirurgie plastique reconstructrice et esthétique, même si la nymphoplastie de réduction n’est pas médicalement prescriptible selon une mesure précise, à partir du moment où la gêne quotidienne ressentie est permanente, une intervention chirurgicale peut s’avérer nécessaire.

Quelles sont les techniques utilisées ?

Deux techniques sont généralement utilisées lors des interventions de réduction des petites lèvres de la vulve : il s’agit de la technique de résection en V et de la technique longitudinale.

A lire en complément : Améliorez votre renforcement musculaire avec du cross training

La première technique consiste à enlever l’excédant cutanéo-muqueux en forme de triangle inversé au niveau de la zone dominante de la petite lèvre ou de retirer sa partie postérieure. Elle permet de dissimuler au maximum la cicatrice et vous évite ainsi les irritations ainsi que les frottements. C’est une technique qui promet un excellent résultat esthétique, mais elle requiert cependant beaucoup de temps et comporte quelques risques comme le lâchage des sutures par exemple.

Quant à la technique longitudinale, elle vise à retirer tout au long de la lèvre le surplus cutanéo-muqueux en forme de croissant. Contrairement à la technique de résection triangulaire, cette technique prend peu de temps et présente moins de risque de lâchage des sutures. De plus, ses résultats semblent nettement plus appréciés par plusieurs patientes, car elle favorise un retrait plus important de la peau excédentaire.

Nymphoplastie

Comment se déroule une nymphoplastie ?

La nymphoplastie proprement dite se déroule d’ordinaire au bloc opératoire et sous anesthésie générale. Néanmoins, une anesthésie locale ou locorégionale peut être aussi envisagée. Pour l’intervention, le chirurgien effectue avant tout un entretien avec la patiente sur les techniques existantes, le résultat escompté et les risques encourus. Cette démarche permet de convenir de la méthode à adopter et d’obtenir de façon formelle le consentement de la personne concernée.

Par ailleurs, bien avant le jour J, quelques examens préopératoires doivent être effectués pour que tout se déroule normalement. L’hospitalisation a lieu en clinique et se fait en ambulatoire.

Combien de temps dure l’opération ?

Une nymphoplastie n’est pas une opération longue. Sauf complication, l’intervention dure en moyenne entre 30 et 45 minutes. Cette durée peut s’allonger si le chirurgien profite de l’occasion pour traiter en même temps une autre physiopathologie. Il peut s’agir du traitement du capuchon du clitoris ou la correction d’une asymétrie.

Quels sont les risques ?

Comme pour toute intervention de chirurgie esthétique, la nymphoplastie présente quelques risques et complications. Ils sont certes assez rares, mineurs et transitoires, mais ne sont pas à ignorer. Nous pouvons évoquer de manière générale :

  • Le saignement
  • Les risques relatifs à l’anesthésie générale
  • Les hématomes qui peuvent imposer une réintervention
  • Les infections
  • La perte de sensibilité de la zone opérée
  • Les troubles de cicatrisation
  • Les douleurs passagères que la patiente peut ressentir pendant des rapports sexuels

Voilà ! Vous savez maintenant tout au sujet de la nymphoplastie. N’hésitez pas à contacter votre chirurgien esthétique spécialisé si vous avez besoin de clarifications supplémentaires.