Comment choisir sa brouette ?

695

Le jardin qu’il soit grand ou immense est une activité sportive à part entière. En effet, il faut tondre, aménager, décorer, planter, désherber entre autres tâches et ce, tous les mois de l’année. Si le sécateur, la paire de gants de jardin, l’arrosoir, le transplantoir, le plantoir, la serfouette, la binette, le râteau et la fourche à bêcher font partie des outils du jardinier, la brouette elle, est indispensable. Simple et efficace, elle est l’assistante indispensable du jardiner néophyte ou expérimenté. Mais voilà, aussi simple que cela puisse paraître, le choix d’une brouette ne l’est pas au demeurant. Rien de tel, que de faire le point sur les éléments constituants de la brouette pour choisir sa compagne idéale.

Les types de brouette

Pour faciliter les allées et venues dans le jardin, il existe de nombreux modèles de brouettes. La brouette de jardin est la plus classique. Ergonomique et maniable, elle dispose d’une ou de deux roues pour mener à bien les petits travaux de jardinage comme le fait d’arpenter les allées du potager avec les plants de légumes. Ressemblant fortement à la brouette de jardin, la brouette professionnelle dotée d’une roue de brouette increvable est idéale pour le transport de charges plus lourdes. Elle est également plus stable grâce à ses pieds positionnés de telle sorte à ce que la cuve reste à l’horizontale. Puis, la brouette agricole, reconnaissable à son absence de cuve. Elle présente des similitudes avec un diable puisqu’elle est constituée elle aussi de barreaux. Elle est alors idéale pour transporter la paille ou encore la nourriture des animaux. Il existe également la brouette cantine qui permet alors de transporter de nombreux outils et autres outils nécessaire au jardinage. Pour finir, à l’image des tondeuses, la brouette est elle aussi motorisée. Sur quatre roues ou à chenille, la brouette motorisée permet de déplacer de lourdes charges sur tous les terrains. 

A lire en complément : Comment bien laver son linge ?

Les critères pour choisir une brouette

Lorsque l’on se décide à choisir une brouette, il faut prendre en compte un certain nombre de critères pour faire le bon choix. Le volume de la cuve, le matériau de la cuve – plastique, bois, acier peint, acier galvanisé notamment – mais aussi les roues notamment sont à étudier de près. En effet, en fonction de ses besoins, la cuve sera plus ou moins volumineuse. L’acier galvanisé – au demeurant plus cher – n’en reste pas moins inoxydable et s’avère être le matériau le plus résistant dans le temps. Les roues de brouettes gonflables avec une chambre à air sont bien plus confortables, les roues pleines de brouette, sont elles bien plus résistantes. Et bien entendu, une brouette avec deux roues est bien plus stable que si elle n’en a qu’une. 

Les roues

Comme pour les vélos, le choix de la roue pour la brouette est essentiel. Une brouette possédant une roue est très maniable et coûte moins cher qu’une brouette à deux roues. Pour autant, si dans les allées du potager ou dans un petit jardin, la brouette une roue se suffit à elle-même, mieux vaut privilégier une brouette à deux roues pour le transport sans effort et stable des charges lourdes. Les roues de brouette peuvent être avec une chambre à air ou pleine. Une roue pleine est par définition increvable. Elle est alors à privilégier dans les sous-bois voire sur les zones en chantier. Un pneu gonflable permet quant à lui d’assurer un meilleur confort en amortissant les aspérités du terrain. Fort heureusement, il existe aussi des roues qui conjuguent les deux atouts en étant « gonflées increvables ». Quant à la taille, plus la roue est grande, plus il sera facile de franchir les obstacles avec aisance. Le tout est de définir qu’elles sont les charges à porter et quel est le degré de maniabilité souhaité.

A lire également : Le broyeur de jardin, un atout pour le compostage de surface

Le châssis

Le châssis est cette structure sur laquelle repose la caisse. Il permet de limiter les efforts en répartissant la charge. Rien de tel que de préférer un châssis en acier ou en aluminium de forme tubulaire pour leur robustesse. Bien sûr, un châssis en aluminium sera plus léger. En parallèle, la brouette doit être stable. Pour cela, les pieds doivent être éloignés l’un de l’autre. Certains modèles de châssis intègrent une butée qui entoure la roue. Une option très pratique qui permet de vider la brouette tout en protégeant la roue. 

La caisse / le bac

Le choix du bac doit être minutieux. Une caisse en plastique est légère, mais plus fragile. Mieux vaut la choisir dans le cas de menus travaux comme le désherbage manuel. La caisse en acier peint ou galvanisé est plus robuste. Ce type de caisse s’adapte alors aux travaux de jardinage avec des charges lourdes. Attention toutefois, l’acier peint rouille, il faut donc l’entretenir souvent contrairement à l’acier galvanisé.

Quel que soit le modèle de brouette choisi, il est important d’adopter la bonne posture pour réduire les troubles musculo-squelettiques et donc, de se faire mal au dos. Pour les éviter, il faut toujours garder le dos bien droit avec les bras tendus le long du corps. Seules les jambes doivent être sollicitées. Raison pour laquelle, les dimensions de la brouette doivent être adaptées au jardinier qui l’utilise : ni trop grandes, ni trop petites.