Bilan 2016 et perspectives 2017 du marché immobilier

357

Le marché de la pierre ne cesse d’évoluer d’une tendance à l’autre chaque année. Mais alors, qu’en est-il du bilan de l’année 2016 ? À quoi peut-on s’attendre pour 2017 ?

Un marché dynamisé par les taux de crédit

Comme tous les ans, les taux de crédit immobilier ont baissé considérablement en 2016. Entre la fin de l’année 2015 et le mois de novembre 2016, on a pu enregistrer une chute de 89 points de base des taux de crédit immobilier moyen mensuel.

Bien évidemment, ce phénomène a eu des répercussions directes sur le marché de l’immobilier : le nombre de transactions a explosé et les prix ont été tirés à la hausse. Par exemple, les chiffres indiquent que l’immobilier ancien connaît sa première hausse de prix en 5 ans.

A priori, l’année 2016 aura donc été bénéfique pour les acquéreurs. En effet, ils ont été plus nombreux à accéder à la propriété malgré l’augmentation des prix de la pierre. Dans un contexte de marché immobilier tendu dans de nombreuses régions de France, la baisse des taux de crédit a fait son petit effet pour contrebalancer la tendance.

Des ventes en nette hausse, dans le neuf comme dans l’ancien

Les professionnels de l’immobilier ont fait de bonnes ventes en 2016. En effet, la baisse des taux de crédit immobilier a entraîné une augmentation du pouvoir d’achat des acquéreurs. Les logements ont donc pu se vendre facilement, qu’il s’agisse de maisons individuelles ou d’appartements.

Au niveau des chiffres, les ventes dans l’ancien ont atteint les mêmes niveaux qu’en 2006 ou en 2012. Cependant, il est important de relativiser cette hausse des ventes car on assiste en parallèle à une augmentation de la population, ainsi qu’une augmentation nette des nouveaux logements.

En comparaison avec 2006 et 2012, le taux de rotation de l’immobilier en France reste modéré en 2016. Quant à l’immobilier neuf, il affiche des ventes en nette hausse : +18% pour les maisons individuelles et +17% pour les ventes d’appartements par des promoteurs. Cette hausse est également accompagnée d’une progression du nombre de mises en chantier.

Et pour 2017 ?

A en croire le portail de l’immobilier, le premier semestre de 2017 devrait se poursuivre sans grands changements. En effet, la plupart des paramètres restent inchangés en attendant les élections présidentielles au mois de mai et l’instauration du nouveau gouvernement.

Par exemple, la loi Pinel et le PTZ restent disponibles et accessibles encore. Mais le paramètre à suivre de près, ça sera surtout l’évolution des taux de crédit immobilier. Si les taux augmentent en 2017, on devrait assister à une vague d’achats dans un premier temps.

En effet, les acquéreurs vont vouloir profiter des derniers instants où les taux sont bas. Dans cette première phase, les biens immobiliers vont se vendre comme des petits pains, un peu comme lorsque les actions en bourse sont prévues à la hausse sous peu.

Ensuite, les ventes devraient ralentir car le pouvoir d’achat des acquéreurs se verra réduit. Afin d’équilibrer la balance, les professionnels de l’immobilier pourraient envisager une baisse des prix.

Cependant, il ne faut pas s’attendre à une forte hausse des taux de crédit : ce serait dommageable pour l’économie mondiale, la France et l’Europe y compris.