Le secteur de la coiffure en crise alors que les jeunes passent en mode DIY

177

Les jeunes fréquentent moins les salons que leurs aînés et, faute de rentabilité ou de repreneurs, 7 000 établissements ferment chaque année en France. De plus, les salons qui connaissent un bon rendement ne trouvent pas de nouveaux coiffeurs à intégrer. L’année dernière, L’Oréal a ouvert un centre de formation en apprentissage (CFA) afin de renverser la tendance.

Le salon de coiffure à la maison

Si les jeunes fréquentent moins les salons de coiffure aujourd’hui, c’est parce qu’ils peuvent se procurer tout ce dont ils ont besoin sur Internet pour compléter leurs soins cheveux. Qui aurait cru, il y a quelques années encore, que l’on puisse se procurer son propre casque sèche-cheveux comme en institut ? C’est pourtant le cas aujourd’hui, et ce, en partie parce que les fabricants ont adapté leurs produits pour une utilisation maison, mais il est aussi possible de se procurer le même type de casque sèche-cheveux sur pied que l’on retrouve au salon !

A voir aussi : Idées de cadeaux pour Noël pour musiciens

À moins d’être soi-même coiffeur, choisir un casque sèche-cheveux peut être compliqué pour un particulier. Afin de comprendre les caractéristiques dont on doit tenir compte lors d’un tel achat, il est préférable de se renseigner sur le sujet sur un site tel que beautecritique.fr qui permet de comparer quelques produits.

Le secteur de la coiffure en France en état de crise

Pas de doute, la profession connaît une crise importante. Selon le fondateur du groupe Provalliance, qui exploite les enseignes Franck Provost, Jean-Louis David, Maniatis et Saint Algue, le métier n’attire plus. En effet, Franck Provost, s’inquiète face à la grande difficulté de recruter, aujourd’hui, des apprentis. En France, le domaine emploie 184 000 personnes qui travaillent dans 86 000 établissements, et pourtant, les 10 000 offres de postes d’apprentis qu’elle propose chaque année restent trop souvent vacants.

A lire aussi : Pour vous enrichir, mieux vaut gérer efficacement votre budget

C’est pourquoi le fabricant français de produits cosmétiques, L’Oréal, a annoncé, le 10 septembre dernier, l’ouverture en janvier de cette année de l’école Real Campus by L’Oréal à Paris. Son objectif : former les coiffeurs de demain. On y enseignera en alternance un bachelor de coiffure et un diplôme de niveau bac +3.

Plus qu’une simple école technique, les étudiants s’y formeront aussi au management et à la gestion ainsi, évidemment qu’à la coupe, la coloration et au coiffage. Le Real Campus de L’Oréal espère y former 10 000 jeunes en dix ans.

Plus qu’une initiative, c’est un impératif pour L’Oréal. Le groupe réalise 12 % de ses 27 milliards d’euros de chiffre d’affaires grâce aux produits capillaires destinés aux professionnels, et il craint une disparition partielle de ce marché dans l’Hexagone.