Comment bien entretenir ses vêtements de travail ?

67

Certains corps de métiers nécessitent le port de vêtements de travail bien spécifiques, destinés pour certains à assurer à leurs porteurs sécurité et protection. On retrouve cette obligation d’équipement notamment dans des métiers tels que ceux du bâtiment, des milieux hospitaliers ou laboratoires (pharmaceutiques, chimiques, d’analyses médicales, etc.) ou encore dans les métiers relatifs à la cuisine.

Ces métiers s’exerçant en effet dans des situations qui peuvent rapidement devenir salissantes voire s’exposer à des projections de produits dangereux nécessitent donc un nettoyage et un entretien impeccable. Entre tablier, bleu de travail, blouse, tunique, chaussure et pantalon de travail, les taches s’accumulent rapidement et certaines d’entre elles se révèlent particulièrement tenaces. Voici nos conseils pour en venir à bout.

Lire également : Rencontrer rapidement l’amour : comment s’y prendre ?

Les différents types de nettoyage et d’entretien possibles des vêtements de travail 

Il existe deux moyens de procéder à l’entretien des vêtements de travail :

  • L’entretien ménager : c’est l’utilisateur lui-même qui doit s’assurer du lavage de sa tenue professionnelle.
  • L’entretien industriel : le porteur de vêtements professionnels confie ces derniers à un prestataire spécialisé type blanchisserie ou pressing. Certaines entreprises se chargent elles-mêmes de l’entretien des vêtements de travail de leurs employés.

C’est la partie entretien ménager qui va davantage nous intéresser dans cet article.

Lire également : Les parents peuvent appliquer la méthode Montessori à la maison

Les étapes de nettoyage des vêtements de travail

Les méthodes de lavage des vêtements de travail peuvent différer suivant leur utilisation et bien entendu la nature des tâches. Concernant les vêtements de travail type blouses, tuniques et pantalon utilisés en milieu hospitalier, c’est généralement la blanchisserie de l’établissement qui prendra en charge l’entretien de ces derniers. Il peut en être de même concernant l’entretien de certains bleus de travail.

Quoi qu’il en soit, la première étape consiste à vérifier les étiquettes de chaque vêtement. Ces dernières sont en effet de précieux indices qui leur permettent un entretien optimal puisqu’elles indiquent la température à laquelle laver en machine, etc.

Les vêtements de travail confrontés aux tâches les plus sales telles que traces de boue, taches de graisse, de peinture ou autre ne pourront pas se contenter d’un simple cycle normal en machine à laver. De plus, certaines odeurs peuvent se montrer extrêmement persistantes. Il conviendra donc de procéder à plusieurs étapes d’entretien :

  • Séparer les vêtements de travail des vêtements personnels.
  • Trier en fonction des couleurs.
  • Traiter les taches les plus tenaces soit avec un détachant soit de manière plus écologique à l’aide d’un savon de Marseille à peine humide qu’il suffira de frotter directement sur la tache en prenant soin d’y laisser une croûte et de laisser agir entre cinq et trente minutes sans rincer le savon.
  • Vérifier d’avoir vidé toutes les poches et prendre le temps de fermer les zips et boutonnières (cela permet de préserver leur état et de réduire les frottements).
  • Faire tremper les vêtements tachés dans de l’eau chaude complétée de cristaux de soude (1 cuillère de cristaux par litre d’eau) ou de vinaigre blanc durant une heure.
  • Placer les vêtements en machine à laver sans les rincer ni les essorer. Pour un lavage encore plus efficace, ajoutez une tasse à café de bicarbonate de soude à la lessive.
  • À la sortie de la machine, si les vêtements présentent encore des taches, frotter ces dernières avec un chiffon imbibé d’ammoniaque dilué à de l’eau permettra d’en venir à bout. Cette option se montre particulièrement efficace sur les vêtements de travail en cuisine (blouses, tabliers, etc.).
  • Afin de sécher les vêtements de travail, il est recommandé d’éviter l’usage du sèche-linge et de privilégier un séchage à l’air libre afin d’éviter des risques de rétrécissement des vêtements.
  • Si malgré le fait que les taches aient disparu vos vêtements de travail ont encore une odeur persistante (cela peut être le cas pour les vêtements des mécaniciens, des cuisiniers ou encore des agriculteurs), vous avez la possibilité de diminuer voire de faire disparaître ces dernières en vaporisant sur chacun d’eux un mélange d’eau chaude additionnée de vinaigre blanc et de quelques gouttes d’huiles essentielles de lavande ou de citron.

Comment venir à bout des taches de peinture sur les vêtements de travail ?

Les professionnels du bâtiment y sont forcément confrontés : les taches de peinture. Ces dernières peuvent se montrer particulièrement tenaces en fonction de la peinture utilisée. Pouvant être à l’huile, acrylique ou à l’eau, cette dernière catégorie ne mérite pas forcément d’entretien particulier puisque retirer une tache de peinture à l’eau se révèle particulièrement simple.

En revanche, pour venir à bout de taches de peinture à l’huile, le white spirit est une solution infaillible. Si la tache est de nature légère, il suffira d’imbiber un coton ou un coton tige de la solution et de frotter délicatement. Si la tache est imposante, il faudra frotter le vêtement avec davantage de produit et le saupoudrer de talc. Ce dernier se chargera d’imprégner le white spirit en excédent. Une fois cette étape réalisée, procédez au lavage du ou des vêtements en brossant énergiquement pour retirer le talc et terminez l’entretien en le/les passant en machine à laver.

Si la responsable de la tache est de la peinture acrylique, il sera nécessaire d’utiliser un chiffon ou vieux vêtement imbibé de solvant et de tamponner le vêtement taché sur l’envers et le derrière de ce dernier.

Cette méthode permettra de transférer la tache sur le chiffon utilisé. Pour se montrer plus écologique, il est également possible d’appliquer du saindoux sur la tache et de laisser reposer le vêtement durant 24 heures avant de gratter l’excédent de peinture et de le mettre en machine à laver.