Que faut-il savoir sur la noyade sèche ?

277

Chaque année, à l’approche de l’été, un concept pour le moins inquiétant refait surface. Il s’agit de la  « noyade sèche » faisant référence à une insuffisance respiratoire qui survient des heures, voire des jours après une baignade. Mais peut-on vraiment se noyer hors de l’eau ? Que faire pour prévenir une telle éventualité ? Existe-t-il des symptômes et des traitements ? Voici tout ce qu’il faut savoir sur le sujet.

Qu’est-ce que la noyade sèche ?

La « noyade sèche » est un phénomène qui découle d’une véritable noyade au sens classique du terme. En effet, lorsqu’une personne ne réussit pas à évacuer toute l’eau qui se retrouve dans ses poumons (après une immersion en milieu liquide), un œdème lésionnel provoquant une fermeture des voies respiratoires sera constaté. Ceci surviendra dans un intervalle de temps libre (des heures, voire quelques jours) suite à la baignade.

A lire aussi : L’équitation est une discipline très appréciée en France

Bien que le concept se trouve régulièrement utilisé dans le langage populaire, il n’existe en réalité plus dans le jargon médical. En effet, de par son lien direct avec la noyade réelle, le terme prête généralement à confusion. Ainsi, suite à de nombreuses critiques émises par les médecins à propos de son emploi, l’OMS a décidé en 2005 de ne plus l’utiliser. Découvrez d’amples informations à ce propos en vous rendant sur https://lessentiel.macif.fr/.

Aujourd’hui, l’expression « noyade » dans son sens classique est utilisée pour désigner toutes les formes (sèche, mouillée, active, passive, silencieuse, secondaire…) d’insuffisances respiratoires résultant d’une submersion dans un milieu liquide. Dans tous les cas, dès qu’une personne s’est noyée, il importe d’assurer sa prise en charge par des professionnels afin d’éviter toute répercussion retardée.

A voir aussi : Assurance emprunteur : nos conseils pour bien négocier

Quels sont les symptômes  ?

Il n’existe pas de symptômes spécifiques à ce qui est populairement appelé noyade sèche. On note toutefois chez tous les patients concernés :

  • Des difficultés respiratoires telles qu’un essoufflement, un aquastress, des lèvres bleues, une toux, une augmentation de la fréquence ventilatoire, etc.
  • Une grande fatigue,
  • Des nausées et vomissements…,

En réalité, les symptômes varient d’un patient à l’autre selon les effets du contact de liquide avec les voies aériennes. C’est pourquoi, les signes peuvent être bénins comme graves allant jusqu’à l’arrêt cardiaque. Un diagnostic médical est requis avec une bonne anamnèse dès que des difficultés respiratoires se constatent.

Rappelons-le, les personnes concernées par les noyades sont le plus souvent les enfants ou les personnes âgées. Le risque de complications s’en trouve ainsi accru à cause de la fragilité de leurs organismes. Ne pas hésiter à solliciter la consultation médicale pourrait donc se révéler comme une décision salvatrice.

Comment prévenir ?

Pour prévenir le risque de noyade lors de la baignade des enfants, les parents sont appelés à adopter deux principales approches utiles :

  • Jauger minutieusement la profondeur de l’eau avant la baignade
  • Réaliser une surveillance accrue lors de la baignade

L’évaluation de la profondeur de l’eau

Les parents doivent, avant de laisser leurs enfants jouer dans l’eau, s’assurer que celle-ci ne présente pas de risques sécuritaires. Il s’agira notamment de voir s’il n’y a pas de trous dans le cours d’eau où les enfants pourraient facilement perdre pied. C’est souvent le cas dans les lacs artificiels pour lesquels le fond peut brusquement chuter. Veillez donc aux grains.

La réalisation d’une surveillance accrue lors de la baignade

Il est en outre important de ne jamais laisser son enfant sans surveillance lors d’une baignade. Quelqu’un doit garder un œil sur le petit qu’il s’agisse de vous-même, d’un maitre-nageur ou d’un autre adulte. Évidemment, en cas de noyade évitée, il ne suffira pas de sortir l’enfant de l’eau. Même si tout semble bien aller, une consultation médicale pourrait être vitale.

En somme, la vigilance des parents se révèle de mise pour prévenir la « noyade sèche ». Une prise en charge précoce des difficultés respiratoires s’avère essentielle pour éviter les cas de décès.