Comment faire face aux litiges qui surgissent dans son business ?

303

Factures non réglées, travaux mal finis, chèque non approvisionné… Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine d’un litige entre vous et vos prestataires. Pour réussir à bien gérer ces contentieux, découvrez dans cet article les démarches et stratégies à adopter pour obtenir rapidement gain de cause. Résultats garantis.

Litige avec un fournisseur

Pensez à la négociation afin de résoudre très rapidement vos différends à l’amiable si des dysfonctionnements surgissent avec votre fournisseur, notamment en ce qui concerne :

A voir aussi : L’identification est indispensable dans le milieu hospitalier

  • Les défauts de livraison ;
  • Les retards de dépôt ;
  • Ou, le non-respect des clauses de la prestation…

Dans cette optique, adressez un courrier avec accusé de réception à votre fournisseur en lui faisant notamment part de vos points de désaccord. S’il oppose une fin de non-recevoir à celui-ci, le moment est venu de forcer les choses.

Dans cet ordre d’idées, entamez une procédure de médiation en vous adressant :

A lire aussi : Une entreprise de nettoyage pour l’aménagement des espaces verts

  • À un médiateur spécialisé dans la consommation ;
  • Ou, à l’association de défense des consommateurs de votre région.

Vous l’aurez deviné, le recours aux services juridiques représente votre dernier secours en cas d’échec de la procédure de médiation. Si le processus vous paraît long et compliqué, pourquoi ne pas faire appel à une agence spécialisée pour régler votre litige commercial avec un pro ?

Litige avec des clients

La relation client prestataire est l’une des plus complexes de notre époque. Il ne se passe pas un seul jour sans que des conflits ne naissent et que des malentendus ne soient au rendez-vous.

Si dans le déroulement de vos activités, l’un de vos clients se plaint de la qualité de vos services, inutile de chercher à compliquer la situation. L’idéal serait de faire appel à lui et d’écouter ses appréhensions.

Qu’il s’agisse d’une facture impayée, un contrat de vente ou une réclamation, notre conseil, c’est de régler l’affaire à l’interne. Pour y arriver :

  • Entrez en contact avec le client en question ;
  • Restez courtois dans vos différents échanges ;
  • Proposez-lui différentes approches de solutions ;
  • Négociez dans la mesure du possible une solution bénéfique pour les deux parties ;
  • Informez-le enfin des délais à respecter pour une gestion rapide et sans difficulté du conflit.

Si le désaccord persiste, faites appel à un médiateur.

Litige avec un artisan

Si vous confiez des travaux à un artisan, et que les résultats ne semblent pas combler vos attentes, sachez qu’un litige vient de naître. Pour remédier à cette situation, 3 types de garanties vous protègent, et vous permettent d’obtenir satisfaction et réparation.

Il s’agit entre autres de :

  • La garantie de parfait achèvement, qui contraint l’artisan à la réparation des vices et défauts constatés sans l’exigence de frais complémentaires (elle dure généralement un an) ;
  • La garantie biennale, qui couvre les imperfections liées aux gros œuvres ;
  • Et la garantie décennale, qui prend en charge les travaux mal exécutés.

Vous l’aurez compris, pour obtenir gain de cause dans le litige qui vous oppose à votre artisan, il vous faut entre autres :

  • Revoir le terme du contrat qui vous lie, en relisant notamment les garanties proposées dans le devis ;
  • Envoyer ensuite un courrier faisant part de vos observations avec accusé de réception ;
  • Recourir à un huissier si vous peinez à résoudre le différend à l’amiable ;
  • Porter l’affaire devant la justice, si vous vous retrouvez toujours dans l’impasse.

Litige concernant un chèque sans provision

Si vous faites face à un chèque sans provision, inutile de paniquer. Entrez en contact avec votre débiteur et cherchez à comprendre la situation. S’il se montre ouvert et compréhensif, gérez le litige à l’amiable et passez à autre chose.

Dans le cas contraire, repartez au niveau de votre banque pour essayer d’encaisser le chèque quelques jours plus tard (une semaine environ). Si le problème persiste, demandez à obtenir de la structure bancaire émettrice un certificat de non-paiement. Ce document en mains, engagez les services d’un huissier et procédez à un recouvrement forcé.