Quelles sont les différences entre Brouilly et Côte de Brouilly ?

242

Brouilly et la Côte Brouilly sont les deux principaux crus du Beaujolais. À eux deux, ils constituaient une seule appellation au début du XXe siècle. Pourtant, vers 1938, une séparation a dû être faite. Les deux vins Beaujolais sont alors distingués grâce à quelques caractéristiques bien particulières.

A lire en complément : Équilibrez vos menus grâce au web

Le brouilly est de plus grande superficie que la Côte de Brouilly

La première différence notoire entre les vins de Brouilly et de la Côte de Brouilly est la superficie des crus. À ce titre, Brouilly se distingue grandement comme étant le cru le plus important parmi les vignobles du Beaujolais. Le cru de Brouilly s’étend alors sur 1393 hectares contre seulement 330 hectares pour l’AOC Côte de Brouilly. Au niveau de Brouilly, la moitié de la superficie est absorbée par des coteaux de granite rose escarpés d’ouest au sud.

Par contre sur la Côte de Brouilly, les sols issus de granite sont moins présents. On remarque au niveau de Brouilly la présence d’une couronne irrégulière de 100 à 800 m de largeur au pied du Mont. Elle est formée par les éboulis argileux de pierres bleues et des volcanites siliceuses ou schisteuses.

A lire aussi : Les meilleurs vins à déguster cet été

Par contre sur la Côte de Brouilly, les pierres bleues représentent des microdiorites d’une grande solidité et des schistes plus dégradables. Les sols sont plus limono-argileux et sont originaires de la dégradation des roches dioritiques. Les sols issus des granites très présents au niveau du cru de Brouilly sont quant à eux très sablo-gravillonneux.

Le vin brouilly est plus méridional que celui de la Côte de Brouilly

Une distinction importante peut également se faire en tenant compte de la dégustation des vins du brouilly et des vins de la Côte de Brouilly. Également dans ce contexte, les vins de Brouilly se distinguent grandement. En effet, son cru est considéré comme le plus méridional des vignobles du beaujolais. Au nez, le cru évoque :

  • Les petits fruits rouges,
  • la pêche de vigne ou la prune,
  • une touche de minéralité.

Le Brouilly constitue un vin de qualité avec une fermeté optimale et une saveur plus relevée malgré des tanins fondus et fins. Pour ce qui est des vins de la Côte de Brouilly, ils offrent un rendu épuré, distingué et expressif. Ils rappellent des fruits frais ainsi que des fleurs évoquant l’iris. En plus d’être ferme, le vin de la Côte de Brouilly fait montre d’une grande délicatesse.

Les autres points distinctifs à préciser

Il existe d’autres différences remarquables entre le vin rouge fruité de Brouilly et le vin rouge fruité et corsé de la Côte de Brouilly. Alors qu’il faut attendre des années (4 ou 5 ans) pour pouvoir apprécier tout le potentiel du vin de la Côte de Brouilly, la liqueur de Brouilly est meilleure quand il est bu jeune.

Le brouilly réunit 89 lieux-dits alors que seulement 19 lieux-dits ont été répertoriés en Côte de Brouilly. Il est également important de signaler que les vins du brouilly ont été catégorisés « Millésime du millénaire » à plus de trois reprises en 2005, 2009 et 2011 contre une seule consécration pour les vins de la Côte de Brouilly (en 2005).

Vous avez désormais un meilleur aperçu de la différence entre le brouilly et la Côte de Brouilly. À vous de choisir le cru qui vous correspond le mieux.

Quels sont les secrets du Brouilly ?

Maintenant que vous connaissez les principales différences entre un Brouilly et un Côte de Brouilly, il reste encore une information essentielle à avoir si vous êtes un amateur de vin, qu’il soit rouge ou blanc : le cépage. Mais avant de s’occuper du raisin, revenons un peu dans le temps. Le Brouilly doit son nom au mont Brouilly qui se trouve géographiquement au centre de l’appellation. Le mot aurait été baptisé selon la légende à cause d’un légionnaire de l’empire romain « Brulius ».

Le cépage principal qui entre dans la composition du vin Brouilly est le gamay noir à jus blanc. Le vigneron peut également cultiver l’aligoté, du chardonnay et le melon. Une limite de 15 % est imposé au sein du domaine. Le gamay est une vigne exigeante ce qui donne au vin brouilly tout son caractère et également une partie du prix. En effet, le gamay est une vigne peu vigoureuse qui a tendance à s’épuiser lorsqu’elle est mal maîtrisée.

Contrairement au Pinot, le gamay a besoin de sols acides et granitiques pour révéler toute sa puissance. C’est plutôt une bonne nouvelle puisque c’est typiquement le type de sol qu’on peut trouver dans cette région du Beaujolais. Bien entendu, le raisin a besoin de soleil et de chaleur pour se charger en arôme. Néanmoins trop de soleil assèche les grains trop rapidement. Vous le voyez ce cépage est complexe à maîtriser, mais c’est ce qui donne au Brouilly tout son caractère et son goût si particulier.

Le Brouilly est une appellation d’origine contrôlée, ainsi le rendement du vin est limité pour éviter le vin de qualité trop médiocre. Pour bien comprendre l’implication des vignerons, sachez que le rendement est limité à 58 hectolitres par hectare. Cependant en 2010, la production moyenne dépassait à peine les 50 litres par hectare.

Les dates des vendanges sont variables en fonction de l’ensoleillement global, car n’oubliez pas que trop de soleil nuit à la qualité du raisin et donc du vin Brouilly finalement. Si on regarde le début des vendanges sur les 5 dernières années, elles ont débuté au plus tôt le 24 août et au plus tard le 15 septembre.

Sachez enfin que si vous souhaitez profiter pleinement du nectar du Brouilly, il vous faudra le garder quelques années. Cela s’explique par la méthode de vinification de celui-ci. Le Brouilly est un mélange de vinification carbonique et bourguignonne. Idéalement un brouilly se garde entre 2 et 5 ans.