Automobile : zoom sur l’économie circulaire

46

Les experts estiment que 40 % des voitures sont responsables d’énormes émissions de gaz à effet de serre. Cela équivaut à plus de 7 milliards de tonnes de dioxyde de carbone. Un chiffre exorbitant qui pousse les consommateurs à se tourner vers des démarches plus écoresponsables, surtout en termes de transport. On fait nécessairement allusion au covoiturage, à l’autopartage ou encore à l’utilisation des pièces d’occasion. Toutes ces actions relèvent de l’économie circulaire. Mais en quoi cela consiste-t-il réellement ? Les réponses.

L’utilisation des pièces détachées et l’avis des assurances

Après un accident, on peut très bien réparer une voiture avec des pièces d’occasion. Bien que très avantageuse en termes de coût, cette méthode respecte néanmoins une réglementation très stricte.

A voir aussi : De quelle manière optimiser les frais inhérents à une automobile ?

Afin d’éviter une dépense aussi lourde, il est préférable de consulter un professionnel comme Autoparts24 pour vous fournir des pièces automobiles d’occasion de qualité et fiables. Moteurs d’occasion, boîte de vitesses d’occasion, airbags, amortisseurs, carburateurs, pièces pour les freins… vous trouverez sur ce type de site toutes les pièces d’occasion nécessaires à la réparation de votre voiture.

Il faut savoir que l’assurance automobile croit aux principes de méthode écologique et durable dans le cadre de la réparation de voiture avec des pièces auto d’occasion. En effet, cette alternative réduit considérablement les coûts d’entretien et d’indemnisation liés aux accidents de voiture.

Lire également : L’importation de véhicule de moins de trois ans vers l'Algérie encore interdite

Pour les voitures destinées à la casse, il s’agira de récupérer et valoriser les pièces qui peuvent être récupérées et réutilisées.

acheter des pièces auto d'occasion économie circulaire

Les avantages d’acheter des pièces issues de l’économie circulaire

L’achat de pièces d’occasion est tout autant bénéfique pour les consommateurs que pour les spécialistes de l’industrie automobile. Lorsque vous achetez une ou plusieurs pièces pour réparer ou entretenir votre voiture, vous économisez 50 % à 70 % sur les frais de réparation.

Investir dans la réutilisation de pièces d’occasion démontre que l’industrie automobile peut également adopter une approche durable à travers l’économie circulaire. Cette démarche se démocratise désormais à travers le décret de transition énergétique du 1er janvier 2017. Cette loi dispose que les garagistes doivent fournir à leurs clients des pièces usagées sous peine d’amende de 15 000 euros.

Le principe de l’économie circulaire

L’économie circulaire diffère de l’économie linéaire, qui consiste à extraire, à fabriquer, à consommer et à jeter. Elle se base sur la réutilisation et le recyclage afin de réduire la pollution, les déchets ainsi que le gaspillage.

L’économie circulaire concerne plusieurs domaines, dont l’automobile. On cite, notamment :

L’approvisionnement durable

Il consiste à prendre en compte les impacts environnementaux et sociaux des ressources utilisées, notamment dans le cadre de l’extraction et de l’exploitation de ces ressources.

L’écoconception

Elle prend en compte les impacts environnementaux du cycle de vie d’un produit fabriqué et les intègre dès sa conception.

L’écologie industrielle et territoriale

Elle repose sur la coordination et la centralisation des flux de matière, d’énergie, d’eau, d’infrastructures, de biens et de services. L’objectif de cette démarche consiste à optimiser l’utilisation des ressources sur le territoire.

L’économie de la fonctionnalité

Elle priorise l’utilisation plutôt que la propriété. Autrement dit, l’économie de la fonctionnalité met l’accent sur la vente de services.

La consommation responsable

Elle repose sur un concept simple : consommer en prenant en compte les impacts environnementaux et sociaux du produit, à toutes les étapes de son cycle de vie.