Comprendre le taux de délivrabilité d’un email

98

Le monde de l’emailing est vaste et complexe, avec de nombreux facteurs influençant le succès d’une campagne. Un élément crucial à ne pas négliger est le taux de délivrabilité des emails. Mais qu’est-ce que cela signifie exactement ?

Qu’est-ce que le taux de délivrabilité ?

En matière d’emailing, la délivrabilité d’un email est sa capacité à atterrir dans la boite de réception du destinataire, c’est une métrique essentielle pour mesurer l’efficacité de vos envois d’emails. Partez du principe que même si votre message est parfaitement rédigé, il perd toute valeur s’il n’atteint pas sa cible.

A découvrir également : Comment réparer un iPhone rapidement ?

Les composantes du taux de délivrabilité

Pour optimiser la délivrabilité de vos emails, il est crucial de comprendre ses différentes composantes :

  • L’authentification : Techniques telles que SPF, DKIM et DMARC permettent aux serveurs de vérifier l’identité de l’expéditeur.
  • La réputation de l’expéditeur : Jugée par les fournisseurs de services email (FSE), cette réputation est basée sur différents critères comme le taux de spam, les plaintes des utilisateurs et les bounces (retours de mails non livrés).
  • La qualité de la liste de contacts : Une liste régulièrement mise à jour et nettoyée garantit moins de rebonds (bounces) et augmente le ratio d’emails reçus.
  • Le contenu de l’email : Le choix des mots et phrases dans le sujet et le corps de l’email joue un rôle clé. Les filtres anti-spam analysent ces éléments pour décider si un email doit être traité comme indésirable.

Comment mesurer le taux de délivrabilité ?

Il existe plusieurs indicateurs permettant de mesurer efficacement la délivrabilité de vos emails. Voici quelques moyens pour calculer ce taux :

A lire aussi : Pourquoi créer une entreprise aux USA ?

Les outils de tracking

L’utilisation d’outils spécialisés permet de mesurer la performance de chaque envoi.

  1. Reporting de campagne : Nombre d’emails envoyés, livrés, ouverts et cliqués.
  2. Taux de rebond (bounce rate) : Proportion d’emails qui n’ont pas atteint leur destination.
  3. Score de filtrage : Évaluation de la probabilité d’un email d’atterrir dans le dossier spam.

Analyse des retours

Les emails renvoyés au serveur de départ, accompagnés d’un ‘rapport’, dit bounce back, fournissent des indices précieux pour diagnostiquer les problèmes de délivrabilité :

  • Bounces soft : Erreurs temporaires dues à une boîte mail pleine ou à un serveur indisponible.
  • Bounces hard : Adresses invalides ou inexistantes entraînant un échec permanent.

Améliorer le taux de délivrabilité

Si votre taux de délivrabilité actuel est en deçà de vos attentes, diverses stratégies peuvent être mises en place pour l’améliorer :

Optimiser la liste de contacts

Maintenir et nettoyer régulièrement votre base de données aide à éliminer les adresses inactives ou erronées :

  • Mise en œuvre de mécanismes de double opt-in lors des inscriptions pour confirmer l’adresse email et prévenir des faux contacts.
  • Suppression régulière des adresses inactives ou celles provoquant des bounces persistants.

Respecter les bonnes pratiques de rédaction

Adaptez vos contenus pour répondre aux critères d’un bon emailing :

  • Rédaction d’objets d’emails courts, clairs et pertinents pour éviter d’être marqués comme spam.
  • Éviter les expressions d’appel à l’action trop agressives (« Gagnez maintenant ! », « Urgent ! ») susceptibles de déclencher les filtres anti-spam.

Soigner son infrastructure d’envoi

Une bonne configuration technique permet de renforcer votre fiabilité auprès des FSE :

  • Mise en place des protocoles d’authentification comme SPF, DKIM et DMARC pour prouver votre légitimité.
  • Ségrégation de domaines pour séparer les envois transactionnels (factures, confirmations de commande) des envois marketing.
  • Utilisation de serveurs dédiés pour contrôler totalement vos envois et éviter la pollution de votre IP.

Satisfaire vos abonnés

Un abonné satisfait est moins susceptible de marquer vos messages comme spam :

  • Partager du contenu pertinent et personnalisé selon les préférences et comportements de chaque segment cible.
  • Offrir une expérience utilisateur fluide, incluant une option de désinscription facile et visible pour réduire les frustrations.