Les prix immobiliers à Paris sont-ils négociables?

27
Ville de Paris

Bien que les prix immobiliers à Paris connaissent ces temps-ci une légère baisse, le marché immobilier à Paris reste tendu. Le prix immobilier moyen reste extrêmement élevé puisqu’il s’établit à plus de 10 700€ le mètre en moyenne, selon l’Apporteur d’Immo.

Dans ce contexte, est-il possible de négocier les prix immobiliers à Paris ?

L’Apporteur d’Immo a analysé près de 30 000 transactions immobilières au cours de l’année 2020. Et les résultats sont sans appels. Les trois quarts des quartiers de Paris ont une marge de négociation inférieure à 1%. Les 8ème et 7ème arrondissement font exception à la règle. On peut négocier les prix immobiliers affichés jusqu’à 4%. Le bas du 13ème et le haut du 19ème ont une marge de négociation en moyenne de 4%. Cet indicateur prouve bien que le marché immobilier dans la capitale reste tendu même si les prix ont un peu baissé. La sortie de la crise du COVID devrait faire repartir les prix à la hausse. En effet, n’oublions pas que le marché immobilier de 2020 fut en partie privé de la clientèle fortunée étrangère. Les 8ème et 7ème arrondissement sont les plus touchés par cette absence de clientèle.

A lire aussi : La loi Pinel ne s’arrêtera pas brusquement

Qu’en est-il des autres grandes villes françaises ?

A Marseille, les marges de négociation sont très faibles dans le quartier du Prado (moins de 3%). En revanche, ils sont de plus de 10% dans les 14, 15 et 16èmes arrondissements.

Le centre-ville de Nantes voit les marges de négociation des prix des logements à moins de 4%. Dans le reste de la ville, nous sommes plus entre 5% et 10% de marge de négociation.

A découvrir également : Louer mon local commercial : comment procéder ?

Bordeaux, dernière ville étudiée, peut se décomposer en deux zones. Le centre-ville qui la encore a de très faible marge de négociation (moins de 3%) et le reste de la ville pour qui les marges de négociation atteignent 6%.

Bien négocier le prix immobilier d’un bien en vente

Quelque soit l’endroit où vous vous trouvez, l’information la plus importante en vue d’une négociation de prix est la date de mise en vente du bien immobilier. Ayez aussi accès si possible à l’historique des éventuels changements de prix.

Si un bien est mis en vente depuis des mois, cela veut dire deux choses :

  • Soit le prix est trop élevé,
  • Soit le bien présente de gros défauts

Si le propriétaire du bien doit vendre son bien avant une échéance, il n’aura plus le choix. Il devra accepter de négocier.

Vous devrez alors vous appuyer sur les défauts du bien en question pour négocier. Pensez par exemple à la luminosité du bien, l’étage de l’appartement avec la présence ou non d’un ascenseur, à l’importance des travaux de rénovation à prévoir. Les charges de copropriété trop élevées sont aussi un argument à mettre en avant pour faire baisser le prix immobilier du bien à vendre. Dans le cas où des travaux sont à prévoir, penser à chiffrer le montant de vos travaux pour prouver au propriétaire que vous êtes de bonne foi.

Attention aux annonces immobilières entre particuliers

L’étude de l’Apporteur d’Immo porte sur les transactions effectives. Faîtes attention aux prix immobiliers des annonces immobilières entre particuliers. En effet, les prix sont souvent largement surestimés. La plupart de ces biens ne sont pas vendus et ne sont donc pas pris en compte dans l’étude de l’Apporteur d’Immo. Ne vous fiez donc pas aux prix de ces annonces pour vous faire une idée de votre marché immobilier local. Allez plutôt consulter la carte des prix immobiliers de l’Apporteur d’Immo. Celle-ci s’appuie sur les prix net vendeurs des transactions ayant eu lieu. Ces prix immobiliers reflètent la réalité du marché.