Une explosion des prix de l’immobilier en Allemagne

123

Depuis quelques jours, tous les murs de Berlin sont placardés par un slogan relativement inquiétant : « Pour que Berlin reste abordable ». Il s’agit du signal d’alarme du Parti Social-démocrate allemand qui s’inquiète et s’indigne en même temps d’une explosion incompréhensible dans les prix de l’immobilier à Berlin et dans toutes les grandes villes fédérales. Que se cache-t-il derrière cette flambée de l’immobilier ?

Berlin skyline panorama with TV tower and Spree river at sunset,

Une explosion des prix de l’immobilier, un sujet de débat

Comme dans toutes les confrontations politiques, il est très fréquent que des partis politiques prennent toujours les devants de la rue et des espaces publics en se focalisant sur des détails susceptibles d’effrayer de potentiels électeurs. L’explosion des prix de l’immobilier est un excellent thème de polémique pour SPD, parti social-démocrate allemand, permettant à celui-ci de surfer sur la vague de la peur et faire vibrer la fibre de la terreur des électeurs berlinois.

Selon le SPD, cette flambée des prix de l’immobilier n’est pas le fruit du hasard, mais plutôt le résultat d’une gestion calamiteuse du secteur de l’immobilier dans une ville qui ne contrôle plus rien.

Le parti social-démocrate propose tout un programme de sauvetage de cette crise du prix de l’immobilier avec des mesures très stricts. D’ailleurs, il propose de racheter des appartements dans la ville, de restreindre les logements saisonniers pour touristes ou encore de faire une limitation à la hausse des loyers, autant de mesures qui tendent à séduire l’électorat allemand dont le seul objectif est de voir les prix de l’immobilier chuter à l’avenir.

Le plus étrange dans cette affaire réside dans le surnom de Berlin, « La capitale pas chère », un statut qu’elle semble délaisser et sur lequel le parti socio-démocrate met l’accent pour créer un sentiment de peur et d’inquiétude générale dans la ville de Berlin.

Pour couronner le tout, une étude effectuée par une agence immobilière allemande, JLL, avance que les dix plus grandes villes fédérales en Allemagne ont connu également une hausse dans les prix de l’immobilier depuis 2004 et que ce phénomène s’est accentué dès le premier semestre de 2016.