Le marché du CBD en France en chiffre

387

On entend depuis 2018, année de l’explosion du marché du CBD sur le marché français, tout ce que l’on veut (et parfois n’importe quoi) au sujet de ce produit. Force est de constater que la réussite du cannabidiol est certes certaine, mais son poids est loin d’être toujours facile à mesurer. Particulièrement au regard des gains qu’il génère et du type de consommateurs touchés. Il n’en reste pas moins qu’au fur et à mesure que le temps passe, les études à son sujet se multiplient. Voici un billet qui passe en revue les chiffres importants du marché du CBD en France, révélateurs des opportunités existantes.

Le cadre juridique des opérations de vente de produits dérivés du CBD en France

Après que la France a vu son interdiction de la vente de produits à base de CBD invalidée par la Cour de justice de l’Union européenne (UE) fin 2020, le ministère français de la Santé a publié un nouveau cadre réglementaire pour la vente de produits extraits du chanvre. Ces lignes directrices sont apparues six mois après qu’un arrêt de la Cour de cassation ait confirmé que le CBD pouvait effectivement être vendu en France s’il était légalement produit dans un autre État membre de l’UE. Grossiste CBD comme détaillant intervenant dans le secteur devrait en être soulagé.

A lire également : Les divorces par consentement mutuel sont désormais plus rapide et plus simple

Dans les mois qui ont suivi, 400 nouveaux magasins de CBD ont ouvert leurs portes. L’arrêt du 31 décembre 2021 a permis de faire la lumière après des mois d’incertitude juridique pour les magasins vendant tout produit (ou aliment) à base de CBD, y compris les bonbons, les huiles, les cosmétiques, les e-cigarettes, les infusions ou les fleurs de chanvre fumables.

Si le jugement de juin a marqué l’ouverture du marché français du CBD, une disposition du décret interdit « la vente aux consommateurs de fleurs ou de feuilles brutes sous toutes leurs formes, seules ou mélangées à d’autres composants, notamment sous forme de produits à fumer, de tisanes ou de potpourris », c’est-à-dire de fleurs de chanvre à fumer. Cette disposition a été sévèrement critiquée par des groupes commerciaux tels que l’Union des Professionnels du CBD, qui l’ont jugée comme « étouffant » la croissance du nouveau marché.

Lire également : Distributeur de croquette pour chat, comment faire le bon choix ?

Un juge français a temporairement levé l’interdiction des fleurs de chanvre fumables, citant le témoignage d’experts qui ont affirmé que les fleurs et les feuilles de chanvre sous le seuil de 0,3 % de THC n’ont pas de propriétés narcotiques. Cette décision reflète la politique plus large du Parlement européen concernant les cannabinoïdes dérivés du chanvre. En octobre 2021, le législateur a fait passer le taux de THC autorisé pour le chanvre industriel de 0,2 % à 0,3 %, avec une entrée en vigueur en 2023.

La France dans le top 3 des pays producteurs de chanvre industriel

La France est le troisième producteur mondial de chanvre industriel, cultivant le plus grand nombre d’hectares en Europe et représentant la moitié de la production de chanvre du continent. Alors que l’industrie du chanvre du pays connaît une croissance importante portée par l’engouement pour le CBD légal, l’accent historique a été mis principalement sur la fibre. En 2020, environ 1 300 producteurs français ont cultivé 17 900 hectares (44 232 acres). En moyenne, 89% de la production annuelle est destinée à la paille, et les 11% restants au chanvre. Cette production alimente six coopératives de chanvre qui traitent en moyenne 100 000 tonnes de paille défibrée et 17 000 tonnes de graines par an.

Des mesures anticipées sur le marché du chanvre en France

Maintenant que les autorités françaises ont clarifié leur position et publié un cadre réglementaire qui décrit la vente légale de produits à base de CBD, les parties prenantes sont impatientes de construire une chaîne d’approvisionnement nationale pour les cannabinoïdes dérivés du chanvre. Compte tenu de la réglementation stricte et de la nature centralisée de la production de chanvre en France, il ne fait aucun doute que des tests rigoureux seront nécessaires pour les variétés de chanvre riches en CBD.

Le chanvre cultivé pour l’extraction du CBD est généralement une culture à usage unique, et contient des quantités plus élevées de THC – ou doit au moins être géré pour éviter de dépasser le seuil de 0,3% de THC. Les nouvelles variétés devront probablement être examinées par les régulateurs avant que la production à grande échelle ne soit autorisée, ce qui soulève le risque d’introduire un processus onéreux comme les tests de variétés effectués par les départements de l’agriculture de plusieurs États depuis l’adoption de la loi fédérale sur l’agriculture de 2014.

CBD en France : un marché malgré tout très prometteur

Malgré toutes les contraintes existantes, l’avenir du marché français du CBD se présente sous les meilleurs auspices. Dans un rapport publié en août 2021 par le service agricole étranger du département américain de l’agriculture, il est prévu que les ventes au détail de CBD en France augmentent de 244 % entre 2020 et 2030. En 2020, le marché du CBD en France était estimé à 131 millions d’euros (156 millions de dollars américains).

Pour le moment, les extraits de plantes dominent le marché avec 74 millions d’euros (88 millions de dollars américains), suivis des gélules avec 41 millions d’euros (49 millions de dollars américains) et des vapes avec 21 millions d’euros (25 millions de dollars américains).