Comment choisir la meilleure assurance pour votre 2 roues

618

Souscrire à une assurance deux roues comme celle proposée par Solly Azar, c‘est s’offrir un moyen de protection financière en cas de vol, d’accident ou encore d’acte de vandalisme.

D’autant plus que le conducteur peut subir, ou peut faire subir à un tiers, d’importantes blessures corporelles en cas d’accident. En raison des offres proposées, trouver la couverture la plus adaptée peut s’annoncer compliqué. Dans cet article, trouvez quelques conseils qui peuvent faciliter la recherche

A voir aussi : Sécurité routière : les nouvelles mesures pour 2018

Les types de couvertures proposés

En général, dans le cadre d’une proposition de couverture comme l’assurance 2 roues proposée par Solly Azar, il y aura toujours à choisir entre les trois options suivantes :

  • l’assurance au tiers ou responsabilité civile : c’est le minimum légal en France pour pouvoir conduire un véhicule à deux roues. Elle permet d’avoir une couverture en cas d’accidents responsables.
  • l’assurance intermédiaire ou tiers plus : elle est basée sur la même formule que l’assurance au tiers. Cependant, cette formule permet d’avoir une couverture plus large. Cela peut concerner une protection contre le vol, une garantie incendie ou bris de glace, etc. Elle varie en fonction des offres de l’assureur.
  • l’assurance tous risques : cette dernière permet une couverture complète. Tout est pris en charge avec cette formule.

Pour déterminer le type de couverture adapté, il sera nécessaire de prendre en considération la moto, son contexte d’utilisation ainsi que le profil de conducteur.

A voir aussi : Automobile : comment faire face à l’hiver ?

Prendre en considération les modes d’usages et les caractéristiques techniques de la moto

Les données techniques ainsi que les modalités d’usages comptent parmi les facteurs pris en compte pour déterminer les risques et évaluer le montant de la prime d’assurance. En fait, les assureurs évaluent les risques en se basant sur les caractéristiques techniques de la moto, comme la puissance du moteur, la réputation de la marque en termes de sécurité, la date de fabrication, etc.

Le contexte d’usage est aussi un facteur déterminant de la prime d’assurance. Il est question d’identifier comment la moto est sollicitée, sa fréquence d’utilisation, le type stationnement, garage privé ou parking ouvert ?

Ces informations sont nécessaires pour évaluer si le véhicule est souvent exposé à des risques de vol ou bien à des risques d’accident. À noter que certains modèles de moto sont plus difficiles à voler que d’autres. Ce point peut avoir une conséquence sur le montant de la prime.

Comparer les offres selon le profil conducteur

Outre cela, le profil de conducteur est aussi pris en compte par les assureurs. Ici, plusieurs points sont considérés, comme l’âge. Il faut savoir que les jeunes conducteurs sont classés à risque en raison de leur manque d’expérience.

Ce qui fait que les antécédents de conduite sont aussi observés par les assureurs. Plus l’historique du conducteur comporte peu d’incident, plus la prime à payer sera moins coûteuse. Dans ce cadre, il est recommandé de comparer et sélectionner les offres plus avantageuses selon le profil.

Pour les conducteurs malussés, notamment ceux connus comme étant responsables, et les résiliés, il peut être difficile de trouver un assureur en raison de son passif. Bien que certains assureurs proposent une couverture spécialisée, le montant sera élevé. Il faut alors être un bon négociateur. À part cela, la résidence du conducteur est aussi un facteur déterminant, particulièrement si elle est située dans un milieu à risque élevé, cette situation peut entraîner un montant de la prime élevé.