Conseils pour choisir le meilleur statut juridique selon le projet de l’entrepreneur

73

Afin de trouver le statut juridique qui soit le plus adapté à votre projet d’entreprise, il faut prendre en compte plusieurs éléments. C’est un choix important puisque ce statut a un impact direct au niveau fiscal et social.

Du statut que vous choisirez dépendront les différentes démarches à entreprendre pour réussir la création de votre société.

A lire en complément : 5 raisons d’implanter son entreprise à Marseille

Découvrons ensemble les différents statuts et les critères sur lesquels il faut se pencher !

Faire le point sur votre projet

Il convient avant de vous lancer dans la réflexion, de vous poser quelques questions essentielles :

A lire également : Accueil téléphonique : pourquoi est-ce primordial pour l’image d’une entreprise et la gestion de la relation client ?

  • Vous devez connaitre le nombre de personnes associées au projet. Si ce nombre est amené à changer, vous pourrez faire évoluer le statut après l’intégration d’autres associés.
  • Déterminez quel fond d’investissement vous avez, vous et vos proches et associés, en votre possession. Cette information est requise car tous les statuts n’ont pas les mêmes plafonds.
  • Déterminez la hauteur de votre patrimoine ainsi que celui de vos proches et associés.
  • Pensez à connaitre le régime social que vous aurez.
  • Déterminez votre régime fiscal : le type d’impôt diffère selon le statut pour lequel vous opterez.

Karburan vous accompagne dans votre projet de création d’entreprise en choisissant avec vous le statut qui lui correspond !

Les différents types de statuts

  • L’auto ou micro-entreprise (AE)
    C’est le statut le plus accessible, il convient très bien aux jeunes entrepreneurs. Il permet aussi de développer une activité en complément d’un emploi que vous avez déjà.
  • L’entreprise individuelle (EI)
    Le point fort de l’entreprise individuelle est le fait de pouvoir créer son activité sans que cela soit coûteux. Simple à entreprendre, il n’est pas besoin d’avoir un fond d’investissement et de créer un statut. Il suffit de se déclarer en s’inscrivant au centre de formalité des entreprises (CFE).
  • L’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL)
    L’intérêt de ce statut réside dans le fait de ne pas être jugé responsable, ou de façon restreinte, si l’entreprise venait à faire faillite.
  • L’entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL)
    L’avantage d’une EIRL est la protection des biens personnels. Ce statut est un bon compromis entre la EI et la EURL en étant dans l’entre-deux.
  • La société par actions simplifiée unipersonnelle (SASU)
    Particulièrement sollicitée par les entrepreneurs, une SASU possède de nombreux avantages dont celui d‘engager une responsabilité qui dépend de l’apport financier. Les startups très productives apprécient ce statut juridique.
  • La société à responsabilité limitée (SARL)
    Dans ce cadre, l’immense avantage pour les associés est qu’ils ne mettent pas en jeu leur patrimoine personnel et familial. Les difficultés financières peuvent vite arriver, c’est donc une raison qui poussent de nombreux nouveaux entrepreneurs à choisir ce statut.
  • La société par actions simplifiée (SAS)
    Ce statut permet aux associés de définir leur règle de fonctionnement. Cela donne une grande liberté mais demande également une grande rigueur quant à la rédaction des statuts. Il en va de la bonne évolution de l’entreprise.
  • La société anonyme (SA)
    Convenant plutôt aux grandes entreprises, l’obtention de ce statut est possible si être deux associés et que vous possédez un capital d’au moins 37 000 euros.

Vous l’aurez compris, la création d’entreprise nécessite une importante réflexion avant de se lancer. Parmi les points les plus importants à prendre en compte :

  • bien s’informer
  • se faire conseiller par des professionnels.

En fonction de votre choix de statut, vos obligations ne seront pas les mêmes. Un professionnel déjà établi, ou conseiller, vous évitera bon nombre d’erreurs potentielles.