Immobilier : malgré la crise, le marché résiste et offre de belles perspectives pour 2021

241

Face à la crise sanitaire et économique actuelle, le marché de l’immobilier semble résister et offrir de belles perspectives pour l’année 2021. Effectivement, selon les chiffres des notaires, le recul constaté du marché est de seulement 5 % pour la fin du mois de septembre. Les acquéreurs sont toujours présents et les prix de l’immobilier augmentent.

L’immobilier ne s’effondre pas face à la crise et reste prometteur

Il est vrai que la crise sanitaire et économique actuelle a inévitablement impacté tous les secteurs d’activité. Toutefois, le marché de l’immobilier semble véritablement résister pour l’année 2020. Effectivement, les derniers chiffres publiés par les notaires montrent que le recul du marché est relativement faible et prometteur. Pour la fin du mois de septembre, le marché représente un recul de seulement 5 % sur un an. Ce chiffre est encore plus encourageant dans la mesure où l’année 2019 avait été une année de succès pour l’immobilier.

A lire également : La mairie de Barcelone attaque Airbnb

En parallèle de ce phénomène, on constate que les Français sont de plus en plus nombreux à vouloir acquérir un nouveau bien. En effet, les prix de l’immobilier flambent face à la hausse de la demande pour les transactions immobilières. Face à ce phénomène, les professionnels du secteur et plus particulièrement les notaires estiment que le marché devrait offrir de belles perspectives pour l’année 2021. Tout en restant prudent face à l’incertitude de la pandémie, l’année prochaine devrait permettre à l’immobilier de reprendre véritablement son dynamisme.

Les conditions sont-elles favorables pour contracter un prêt immobilier ?

En ce qui concerne l’année 2021, certaines mesures devraient permettre au marché de l’immobilier de rebondir et plus particulièrement pour le prêt immobilier. Bien que les banques soient plus exigeantes, certaines conditions qui impactent inévitablement un crédit immobilier sont davantage favorables. Effectivement, ces derniers mois, les taux de prêt n’ont cessé de baisser en faveur des emprunteurs. Également, lors de la contraction d’un prêt, certaines conditions comme l’assurance emprunteur ou les frais de notaire viennent impacter le coût global du crédit.

A lire en complément : Qu'est ce qu'un prêt hypothécaire ?

Par ailleurs, à partir de l’année 2021, via l’arrêté du 20 février 2021, les frais de notaire vont baisser. C’est automatiquement une bonne nouvelle pour les emprunteurs étant donné que cela va se ressentir sur le coût global de leur prêt immobilier. Également, grâce aux différents dispositifs visant à ouvrir la concurrence sur le marché de l’assurance emprunteur, les acquéreurs ont plus de libertés. De cette façon, il est devenu plus facile pour eux de déléguer l’assurance afin d’opter pour la moins chère et qui propose les meilleures garanties.

Ces nouveaux dispositifs sur le marché de l’immobilier pourraient provoquer un véritable rebondissement sur le marché de l’immobilier. Ces conditions permettent aux acquéreurs de profiter des conditions de prêt immobilier plus avantageuses pour concrétiser leur projet de transaction.

L’immobilier reste le placement préféré des Français

La résistance du marché de l’immobilier face à la crise confirme l’engouement des Français pour ce placement. Effectivement, il est véritablement devenu l’investissement favori au cours des années. Les Français sont nombreux à vouloir investir que ce soit pour l’acquisition d’une résidence principale ou pour l’acquisition d’une résidence secondaire pour l’immobilier locatif. Il est vrai que l’investissement immobilier est considéré comme le plus sûr et le plus lucratif.

Durant l’année 2020, les Français ont inévitablement été impactés par la pandémie au niveau de leur mode de vie. Ils sont de plus en plus à vouloir investir dans l’immobilier et surtout à vouloir acquérir un logement plus grand et avec plus d’espaces verts. Depuis ces derniers mois, on constate un véritable essor de l’exode urbain. Effectivement, face à la généralisation du télétravail et au confinement, l’habitat est au cœur des préoccupations des Français.

C’est dans ce contexte et face à tous ces changements que le marché de l’immobilier pourrait probablement rebondir durant l’année 2021. L’alliance du goût des Français pour l’immobilier et les conditions de prêt favorables devraient engendrer un fort dynamisme.

Les organismes bancaires restent méfiants et sélectifs

Bien que les conditions soient favorables et devraient continuer de cette façon, les organismes bancaires restent méfiants et sélectifs. Effectivement, depuis le début de l’année 2020, le Haut Conseil de stabilité financière a recommandé aux banques de durcir les conditions d’octroi de crédits. Pour cela, l’organisme a imposé un taux maximal d’endettement à 33 %. Également, la durée d’un prêt immobilier ne peut dépasser une durée de 25 ans.

Inévitablement, ces mesures ont engendré une hausse des taux de refus de prêt immobilier. Il est vrai que ces dispositifs ont fortement pénalisé les emprunteurs les plus modestes. De cette façon, bien que les conditions soient favorables, les banques ont durci les conditions d’octroi ce qui a entraîné une analyse des dossiers beaucoup plus sélectives.

Néanmoins, pour soutenir la demande de prêt immobilier, les banques ont su adapter les conditions avec l’assouplissement des taux et de la durée de prêt (dans la limite de 25 ans). Ces assouplissements permettent de faire face à l’augmentation des taux de refus.