Création d’une SCI : quels sont les avantages

406

La SCI ou Société Civile Immobilière, comme son nom l’indique, désigne un type de société immobilière. Elle est souvent créée dans le cadre d’un projet d’investissement dans l’immobilier. Vous souhaitez savoir quel est son intérêt et quels en sont les avantages ? Nous vous disons tout dans cet article. 

Quelques avantages de la SCI

La SCI est un bon moyen d’acquérir des biens immobiliers à plusieurs. Cela est souvent nécessaire pour certains biens difficiles à acheter seul. Dans ce cas, chaque investisseur apporte des capitaux et moyens. Il est plus facile d’obtenir un prêt bancaire. Les titres sont répartis selon les apports des différents investisseurs. La SCI présente aussi l’avantage d’une gestion plus facilitée. En effet, les décisions sont prises conformément aux statuts. Grâce à une SCI, un chef d’entreprise a la possibilité de devenir propriétaire des biens immobiliers nécessaires à l’activité de son entreprise. Il pourra alors percevoir des loyers par le biais de la SCI afin de financer l’immeuble ; faciliter la transmission de ses acquisitions à ses enfants ; faciliter la cession de son entreprise ; réduire les taxes et impôts. Vous pouvez faire appel à un expert-comptable en ligne SCI.

Autres avantages de la SCI

La SCI permet également de protéger son bien immobilier en cas d’utilisation professionnelle. Dans ce cas, vous serez protégé des créanciers de la société d’exploitation. Il est important de préciser que cette clause n’est valable que lorsque la société d’exploitation et la SCI entretiennent des relations normales. En outre, la SCI peut être utile en cas de décès de l’un des investisseurs. Elle permet dans ce cas d’éviter l’indivision. Le rôle de chaque investisseur étant bien défini, l’héritier d’un associé décédé ne rencontrera donc aucun problème. Par ailleurs, la SCI aide à sécuriser les droits d’un(e) concubin(e) en cas de décès. En effet, grâce à un procédé d’échange respectif de la nue-propriété et de l’usufruit des titres de la SCI, le/la concubin(e) survivant ne sera pas dépossédé de la maison