La garantie prêt immobilier : ce qu’il faut savoir !

83

Généralement pour réaliser un projet immobilier, on fait recours au co-financement bancaire. L’octroi de prêt immobilier par les institutions bancaires est soumis à certaines conditions notamment la garantie apportée par l’emprunteur. Dans cet article, découvrez tout sur la garantie prêt immobilier.

Définition de la garantie prêt immobilier ?

La garantie prêt immobilier fait partie des conditions de déblocage obligatoires imposées par les banques. Concrètement cette garantie constitue une protection pour la banque. En cas de défaillance de remboursement par l’emprunteur, cette garantie permet à la banque de se payer. Ainsi, la banque récupère facilement son investissement initial. La garantie prêt immobilier se décline sous plusieurs formes. Il existe quatre groupes principaux de garanties de prêt immobilier à savoir : la Caution de prêt immobilier, l’hypothèque, l’IPPD et le nantissement.

A lire aussi : Bien choisir son courtier en ligne : les 5 critères à prendre en compte

La caution

La caution est la garantie prêt immobilier la plus courante. En effet, plus de 50 % des demandeurs de prêts immobiliers choisissent cette solution pour plusieurs raisons. Elle est facile et rapide à mettre en place. Une société de cautionnement, une mutuelle ou un proche du demandeur s’engage à rembourser son prêt immobilier au cas où il serait défaillant. En plus, le coût de la caution est abordable comparativement aux autres types de garanties. On distingue deux grandes formes de caution : la caution bancaire et la caution mutuelle de fonctionnaire. La caution bancaire est garantie par les sociétés de cautionnement fondées par les institutions bancaires. Il s’agit par exemple de la caution Crédit Logement. La caution mutuelle de fonctionnaire quant à elle est assurée par une Société de caution mutuelle. Cette forme de caution est uniquement destinée aux fonctionnaires de certaines catégories professionnelles tels que les membres de la mutualité de la fonction publique.

L’hypothèque

Même si elle est de plus en plus délaissée au profit des autres groupes de garanties, l’hypothèque est la solution conventionnelle pour garantir son prêt immobilier. Cette garantie donne droit à la banque de saisir et de vendre le bien acquis par le client pour rembourser le prêt qui lui a été accordé s’il y à défaut de paiement. Consentie de plein gré par l’emprunteur, l’hypothèque doit être signée par un notaire et inscrite au bureau du conservatoire des hypothèques.

A voir aussi : Loi Pinel : défiscaliser tout en investissant

L’IPPD

L’inscription au Privilège de Prêteur de Deniers est une garantie de prêt immobilier dont le principe se rapproche de celui de l’hypothèque. Elle se distingue par le fait que les frais de garantie sont moins importants que dans le cas d’une hypothèque classique. L’IPPD n’est validée que sur des biens existants.

Le nantissement

Le nantissement pour sa part est une garantie prise sur des biens incorporels comme, une assurance vie, des titres, des parts sociétales, un fonds de commerce, etc. C’est un contrat écrit et signé qui permet à la banque de vendre ces biens pour rentrer en possession de ses fonds. Pendant toute la durée qui vous est donnée pour rembourser le prêt immobilier, la banque a le droit de détenir vos biens.

La garantie prêt immobilier est une garantie fournie par le demandeur de prêt afin de faciliter le déblocage de son crédit par la banque. Elle permet à cette dernière de se rembourser en cas de défaut de paiement.