La location saisonnière : un bon investissement ?

17

À l’heure où les vacanciers se soucient de leur lieu de destination, les investisseurs pensent rentabilité. Les vacances représentent en effet une opportunité d’affaires dans plusieurs secteurs, dont la restauration, l’hôtellerie, et… l’immobilier ! Ainsi, si vous êtes propriétaire, c’est l’occasion de rentabiliser vos biens immobiliers.

Mais attention, la location saisonnière est régie par une réglementation spécifique. De même, quelques techniques astucieuses sont à développer pour en sortir gagnant. Découvrons-les !

La location saisonnière : qu’est-ce que c’est exactement ?

Comme son nom le suggère, la location saisonnière désigne une forme de location qui se fait sur une courte durée. Elle est mise en place pour répondre à un besoin passager de la part d’une clientèle particulière, des vacanciers notamment. Elle est ouverte aussi bien à une clientèle nationale qu’à des clients étrangers.

La location saisonnière peut se faire entre particuliers, ou avec l’aide d’un professionnel. Pour ce dernier cas, vous devez faire appel à une agence immobilière qui propose ses offres dans la région où se trouve votre propriété et celle que vous ciblez. Si par exemple, vous mettez en location un appartement en Suisse, travailler avec une agence immobilière à Lausanne s’avère intéressant pour atteindre une clientèle étrangère.

La durée joue un rôle important pour distinguer une location saisonnière d’une location à l’année. Le contrat pour la première est d’ailleurs régi par un bail de courte durée. Ainsi, quelques conditions sont à remplir pour qu’un contrat de location soit qualifié de saisonnier.

Des réglementations à respecter pour la location saisonnière

Bien que les clauses du contrat d’une location saisonnière puissent être fixées en toute liberté, un certain nombre de règles sont à observer pour pouvoir mettre vos biens en location. En premier lieu, l’obligation de vous enregistrer à la mairie. Mise en place depuis décembre 2017 pour les propriétaires parisiens, elle concerne désormais ceux des autres villes. On parle également du décret Airbnb. Il s’applique essentiellement aux communes de plus de 200 000 habitants. Il appartient à chaque commune de décider de sa mise en application. Tâchez donc de vous renseigner auprès de la vôtre.

Cet enregistrement est nécessaire pour avoir le droit de publier votre annonce sur le Web, principalement sur les plateformes de type Airbnb. À l’issue de cette procédure, vous obtiendrez donc un numéro d’enregistrement, à mentionner dans votre annonce en ligne. Cette mesure cherche à donner aux communes la possibilité de contrôler les locations saisonnières. Il leur permet de vérifier que la durée de location de vos biens immobiliers ne dépasse pas 120 jours, comme ce qui est d’usage pour une location saisonnière.

Une taxe est également appliquée pour les biens en location saisonnière. Elle est fixée par la commune ou l’EPCI (Établissement public à caractère industriel et commercial). Son montant est compris entre 1 et 5 % HT du prix de la nuitée.

La gestion d’un bien en location saisonnière : et si on la déléguait ?

La location saisonnière s’apparente moins à la location classique qu’à un hôtel ou un hébergement de vacances. Selon les clauses convenues avec les locataires, le contrat de location peut inclure des services particuliers tels que les tâches ménagères. La location saisonnière requiert donc davantage d’implication et d’organisation qu’un logement classique. D’autant que la rentabilité de vos activités en dépend.

Fort heureusement, certaines agences immobilières proposent de gérer la location à votre place. Le service incluant la publication de l’annonce et la recherche de locataires, l’état des lieux d’entrée et de sortie, l’assistance pendant le séjour et la gestion des tâches ménagères. Vous vous allégez de ces tâches tout en ayant l’assurance de les mettre entre les mains de professionnels.

Pourquoi préférer la location saisonnière à la location longue durée ?

Une fois les méthodes de gestion du logement bien posées, la location saisonnière offre bien des avantages. Ce type d’hébergement connaît en effet une croissance fulgurante, déployée par les plateformes comme Airbnb. Son essor relève notamment des préférences des vacanciers pour un hébergement authentique et qui se rapproche de leur cadre de vie habituel. Nombreux sont donc les vacanciers à être séduits par la location d’un logement à un particulier, garantissant le même confort que chez eux.

La location saisonnière est d’autant plus avantageuse et rentable si votre logement se trouve dans une région touristique. Elle peut vous rapporter bien plus de bénéfices qu’une location à l’année. Sachant que le prix se fixe par nuitée, et vous êtes libre de le définir.

La location saisonnière profite par ailleurs d’un régime fiscal avantageux. Elle n’est pas soumise à la TVA. Les revenus qui en découlent sont également classés dans les BIC (Bénéfices industriels et commerciaux). Des abattements sont ainsi appliqués pour toutes les recettes. 50 % pour les locations dites “classiques” avec des recettes annuelles inférieures à 70 000 € et 71 % pour les logements classés “meublés tourisme”, dont les recettes sont inférieures à 170 000 € par an. Ce qui signifie que pour les premières, seuls 50 % des loyers et des charges sont pris en compte dans les revenus annuels, et 29 % pour les secondes.

Selon votre situation, la location saisonnière peut être exercée comme source de revenus complémentaires. Vous pouvez toujours utiliser votre propriété une fois les vacances passées.

Comment faire face à la concurrence en location saisonnière ?

La concurrence reste fortement présente dans le secteur de la location saisonnière. Elle est d’autant plus importante lorsqu’on sait que les propriétaires se retrouvent face à différentes catégories de concurrents, hôtels de luxe, chambres d’hôte, gîtes. Alors, quelles sont les astuces pour se démarquer ?

L’offre et le service proposés restent les premiers éléments distinctifs à privilégier. Le prix étant moins déterminant. En effet, les clients sont moins intéressés par le prix que par la qualité du service et du logement. L’objectif est ainsi de toujours faire mieux que la concurrence à travers le service. Réalisez une veille informationnelle, relevez les points forts et les points faibles de vos concurrents pour vous constituer une notoriété. Sachez d’ailleurs que les offres sont évolutives dans ce secteur. Hier, les clients préféraient les logements équipés d’une télévision. Aujourd’hui, c’est la connexion Wifi qui prime. Et demain, ce sera probablement un autre service. Vous avez donc intérêt à rester à l’affût des nouvelles technologies et des nouvelles méthodes mises en avant.

La collaboration avec des agences immobilières et des plateformes d’annonce qui bénéficient d’une bonne réputation constitue également une solution. Vous bénéficiez ainsi de leur popularité et de la confiance qu’ils ont acquise auprès de leurs clients. Ce faisant, vous augmentez votre visibilité, votre réputation, et votre chiffre d’affaires !